26
Jan
09

Interview d’André Vallini : «Ceux de Tarnac n’ont jamais été violents»

Paru dans Libération, aussi incroyable que cela puisse paraître. Voir ici.

«Ceux de Tarnac n’ont jamais été violents»

Interview

André Vallini, député PS, dénonce une utilisation politique de l’affaire par le gouvernement :

Recueilli par FABRICE TASSEL

Député de l’Isère et ex-secrétaire national du Parti socialiste à la justice, André Vallini dénonce «l’exploitation politique de l’affaire de Tarnac par le gouvernement» alors que la libération d’Yldune Lévy est examinée aujourd’hui sur le fond. La jeune femme a en effet été remise en liberté sous contrôle judiciaire vendredi par la cour d’appel de Paris.

Comment sensibiliser vos collègues députés à l’affaire de Tarnac ?

Après une réunion hier soir à l’Assemblée nationale, je vais faire circuler auprès de tous mes collègues une motion afin d’interpeller le gouvernement sur les menaces qui pèsent sur un principe sacro-saint de notre démocratie : celui de la présomption d’innocence. Les leçons d’Outreau n’ont pas été tirées, et on continue à abuser de la détention provisoire qui conduit à enfermer des présumés innocents sans casier judiciaire. Mais il y a pire ! C’est l’exploitation politique de cette affaire par le gouvernement : la ministre de l’Intérieur n’a pas hésité à communiquer abondamment avec la presse alors que les perquisitions n’étaient même pas achevées !

Estimez-vous que les magistrats ont été instrumentalisés par le pouvoir politique ?

C’est évident pour le parquet de Paris, et je demande à la garde des Sceaux, qui rappelle souvent qu’elle est la chef des procureurs, de dire clairement si elle a donné des consignes au parquet dans cette affaire, et si oui lesquelles. Quant aux magistrats du siège, ils sont certes indépendants, mais il est curieux que le juge des libertés et de la détention ait changé en cours d’affaire.

Pourquoi la classe politique n’a-t-elle pas réagi sur cette affaire ?

Il y a une grande frilosité y compris chez les politiques dès que le mot «terrorisme» est lâché. D’autant que Nicolas Sarkozy a réussi à instaurer une psychose sécuritaire et, comme la délinquance ne lui suffit plus pour impressionner l’opinion publique, il cherche à utiliser la menace terroriste en essayant de l’amalgamer avec la mouvance de l’ultragauche. Le zèle de Michèle Alliot-Marie rappelle furieusement Raymond Marcellin [ministre de l’Intérieur sous de Gaulle, ndlr] qui, dans les années 70, voyait des gauchistes partout. Les jeunes de Tarnac n’ont jamais été violents. La vérité est qu’en leur infligeant de tels traitements judiciaires, on risque de les radicaliser vraiment.

Vous dénoncez l’usage de la qualification pénale d’«association de malfaiteurs en relation avec une entreprise terroriste» ?

Cette notion floue permet d’englober des faits qui ne relèvent en rien du terrorisme, et de leur appliquer un régime dérogatoire qui réduit les droits de la défense. Dès la loi Perben 2, j’avais dénoncé la porosité qui allait s’établir entre procédure de droit commun et procédure exceptionnelle. Je pense qu’il faut revoir toutes les dérogations au droit commun. Toutes proportions gardées, avant de dénoncer les Etats-Unis à cause de Guantánamo, on devrait ouvrir les yeux sur nos propres dérives. Et il faut réagir avant que cette affaire de Tarnac se termine par un fiasco politico-judiciaire.


0 Responses to “Interview d’André Vallini : «Ceux de Tarnac n’ont jamais été violents»”



  1. Laisser un commentaire

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s


%d blogueurs aiment cette page :