Archive Page 2

03
Juin
09

Le Comité pour l’Abrogation des Lois Antiterroristes – CALAS –

Pour signer la pétition: http://calas-fr.net/

Depuis 1986, date où la législation antiterroriste a été instaurée en France, un empilement de lois successives a construit un système pénal d’exception qui renoue avec les lois scélérates du XIXe siècle et rappelle les périodes les plus sombres de notre histoire. L’accusation d’ «association de malfaiteurs en vue de commettre une infraction terroriste», inscrite au Code pénal en 1996, est la clef de voûte du nouveau régime. Or, ses contours sont particulièrement flous : il suffit de deux personnes pour constituer un «groupe terroriste» et il suffit d’un acte préparatoire pour que l’infraction soit caractérisée. Cet acte préparatoire n’est pas défini dans la loi, il peut s’agir du simple fait d’entreposer des tracts chez soi. Surtout, n’importe quel type de relation – même ténue ou lointaine, voire amoureuse ou amicale – avec l’un des membres constituant le «groupe» suffit pour être impliqué à son tour. C’est pourquoi, sur dix personnes incarcérées pour des infractions «en rapport avec le terrorisme», neuf le sont sous cette qualification.

De l’aveu même de ses promoteurs, ce droit spécial répond à un objectif de prévention. À la différence du droit commun qui incrimine des actes, la pratique antiterroriste se satisfait d’intentions, voire de simples relations. Suivant le juge Bruguière, cité par Human Rights Watch, «la particularité de la loi est qu’elle nous permet de poursuivre des personnes impliquées dans une activité terroriste sans avoir à établir un lien entre cette activité et un projet terroriste précis». C’est dans cette perspective qu’on a vu la possession de certains livres devenir un élément à charge, car ils constitueraient des indices sur des opinions; et de l’opinion à l’intention, il n’y a qu’un pas. A ce flou de la loi pénale, s’associe une procédure d’une extrême brutalité. Il suffit que le parquet choisisse de manière discrétionnaire d’ouvrir une enquête sur une qualification terroriste pour que la police reçoive des pouvoirs d’investigation exorbitants : perquisitions de nuit, «sonorisation» des domiciles, écoutes téléphoniques et interception de courriers sur tous supports… De son côté, le délai de garde à vue – période qui précède la présentation à un juge – passe de quarante-huit heures en droit commun à quatre-vingt-seize heures, voire cent-quarante-quatre, dans la
procédure antiterroriste. La personne gardée à vue doit attendre la 72e heure pour voir un avocat – l’entretien est limité à trente minutes et l’avocat n’a pas eu accès au dossier. A la suite de cette garde à vue, en attendant un éventuel procès, le présumé innocent pourra passer jusqu’à quatre ans en détention provisoire.

Par ailleurs, la loi centralise à Paris le traitement des affaires «terroristes», confiées à une section du parquet et à une équipe de juges d’instruction spécialisés qui travaillent en relation étroite avec les services de renseignement. Des cours d’assises spéciales ont également été instaurées, où les jurés populaires sont remplacés par des magistrats professionnels. Un véritable système parallèle est ainsi mis en place avec juges d’instruction, procureurs, juges des libertés et de la détention, cours d’assises et bientôt présidents de cours d’assises, juges d’application des peines, tous estampillés antiterroristes.

L’application de plus en plus large des procédures antiterroristes à des affaires d’État montre que l’antiterrorisme est désormais une technique de gouvernement, un moyen de contrôle des populations. En outre – et c’est peut-être le point le plus grave – cette justice exorbitante contamine le droit commun : la législation antiterroriste a servi de modèle dans d’autres domaines pour généraliser la notion de «bande organisée», étendre les pouvoirs des services d’investigation et centraliser le traitement de certaines instructions.


La Convention européenne des droits de l’homme et le Pacte des Nations Unies sur les droits civils et politiques, tous deux ratifiés par la France, garantissent qu’une sanction pénale soit fondée sur une incrimination intelligible la rendant prévisible. En outre, ces textes donnent à chacun le droit d’organiser équitablement sa défense – ce qui passe par la prompte intervention d’un avocat ayant accès au dossier. La procédure, «sœur jumelle de la liberté», doit être contrôlée par un tiers impartial, ce qui est impossible avec une filière spécialisée fonctionnant en vase clos, dans une logique de combat idéologique incompatible avec la sérénité de la justice.

Il est illusoire de demander que ce régime procédural soit appliqué de façon moins large et moins brutale : il est précisément conçu pour être appliqué comme il l’est. C’est pourquoi nous demandons que les lois antiterroristes soient purement et simplement abrogées et que la France respecte en la matière la lettre et l’esprit de la Convention européenne des droits de l’homme et du Pacte des Nations Unies sur les droits civils et politiques. Nous invitons tous ceux qui se préoccupent de libertés à se joindre à notre campagne en ce sens.


Le Comité pour l’Abrogation des Lois Antiterroristes – CALAS – : Giorgio Agamben, Esther Benbassa, Luc Boltanski, Saïd Bouamama, Antoine Comte, Eric Hazan, Gilles Manceron, Karine Parrot, Carlo Santulli, Agnès Tricoire.

Avec les signatures de : Alain Badiou, philosophe; Etienne Balibar, philosophe; Jean-Christophe Bailly, écrivain; Daniel Bensaïd,
philosophe; Alima Boumedienne, sénatrice; Rony Brauman, ancien président de Médecins Sans Frontières et enseignant; Raymond Depardon, photographe et cinéaste; Pascal Casanova, critique littéraire ; Jean-Marie Gleize, poète; Nicolas Klotz, réalisateur; François Maspero, écrivain; Emmanuelle Perreux, présidente du syndicat de la magistrature; Jacques Rancière, philosophe; Michel Tubiana, président d’honneur de la Ligue des droits de l’homme; Slavoj Zizek, philosophe.

Pour signer la pétition: http://calas-fr.net/

Publicités
29
Mai
09

Gardes à vue dans l’affaire Tarnac : la justice dans un cul-de-sac

Publié ici dans Libération.

Antiterrorisme. Les juges multiplient les arrestations, sans mises en examen.

Par GAËL COGNÉ ROUEN, envoyé spécial

L’affaire de Tarnac vire à l’épisode de Tom et Jerry. D’un côté, la sous-direction antiterroriste (Sdat), un chat qui piétine dans une enquête à rebours où les suspects refusent de s’exprimer tant que Julien Coupat n’est pas libéré. De l’autre, «la bande à Tarnac» (ils se surnomment ainsi), une souris qui ne veut plus se laisser impressionner par les gardes à vue qui se multiplient depuis un mois. Le dernier épisode en date de ce mauvais dessin animé a eu lieu à Rouen. Christian, François et Nouria (1), âgés de 25 à 28 ans, y ont été interpellés et ont passé quatre-vingt-quatre heures en garde à vue avant d’être relâchés sans la moindre mise en examen.

Bélier. Lundi 18 mai, on frappe à la porte. Devant l’entrée, une demi-douzaine de policiers de la Sdat venus de Levallois-Perret (Hauts-de-Seine). A l’intérieur, cinq jeunes de «la bande à Tarnac». Le bélier est prêt, mais la porte est ouverte. Les flics n’ont qu’à pousser. Ils courent dans la maison, s’arrêtent aux étages, ouvrent les portes. «Police ! Police !» Lampe torche braquée sur les visages endormis et main sur le holster.

Il est alors «six heures zéro zéro, l’heure à partir de laquelle ils peuvent perquisitionner», se souvient Mathieu Burnel, mis en examen en novembre et qui vit avec l’une des personnes placées en garde à vue. Deux scène identiques se déroulent, au même moment à Rouen : dans une colocation et chez une famille.

«Encore vous ! Vous savez, on vous aime bien», feignent de s’étonner les policiers. Selon les habitants, ils ont le souci de se montrer sous un bon jour. «Vous avez vu, on n’a pas défoncé la porte»,«parfois on éventre les matelas»,«si ça ne tenait qu’à nous, votre affaire, ça ne serait pas de l’antiterrorisme mais du droit commun». «Ils auraient voulu qu’on les accueille avec des petits gâteaux et du café», soupire Nouria. Après une heure de fouille succinte (quelques bouquins sont embarqués), les trois sont emmenés «à Brisout», le commissariat de Rouen. De là, il partent «à 170 km / h», le deux tons hurlant sur l’autoroute. Direction Levallois-Perret.

A leur arrivée, François et Christian déclinent leur état civil. Nouria, elle, refuse de répondre tant qu’on ne lui a pas signifié pourquoi elle est retenue. Le juge Thierry Fragnoli fera le déplacement le lendemain pour lui expliquer qu’elle est soupçonnée d’association de malfaiteur à visée terroriste. Il les rencontre tous les trois. A Christian, il aurait dit : «Il y en a 4 ou 5 qui ont fait des conneries. Ça serait dommage que d’autres prennent. Il faut qu’ils assument leurs actes.» Et d’ajouter : «Il y a deux vérités. Une vérité vraie et une vérité judiciaire. Moi, je suis payé pour découvrir la vérité judiciaire. A la fin, je l’aurai découverte, même si vous ne parlez pas.» Entre deux interrogatoires, un policier aurait glissé : «Les juges, ils sont énervés». Nouria refuse toujours de répondre. «Tu vas faire une garde à vue de cent vingt ou cent quarante-quatre heures, ça sera une première en France», la menace-t-on.

Listings. Les Rouennais sont interrogés sur leurs idées politiques puis sur la foire internationale de Thessalonique, en Grèce, où ils se seraient trouvés et auraient pu croiser Julien Coupat. Ils le soupçonnent d’y avoir croisé une autonome allemande, spécialiste supposée de sabotages. Christian et Nouria restent muets bien que des noms apparaissent sur des listings de ferries qui font la liaison Italie-Grèce.

«Ils s’en foutaient des fers à béton ou d’avoir de nouveaux éléments, se rappelle Christian. Ils ont leur petit schéma dans la tête et cherchent à le vérifier.» Quand les questions ne portent pas sur la Grèce, les policiers reviennent à leur «obsession maladive» : Julien Coupat. «Tu vois, Juju, je l’ai eu, le ptit Juju. Ce que j’aime pas chez ce type, c’est qu’il a tous les traits d’un dictateur», s’emporte un policier en «off» face à Nouria. Présentés comme des proches de Julien Coupat, les trois restent évasifs sur les liens qu’ils ont pu avoir avec lui.

Les policiers tentent de les séparer entre Nanterre et Levallois. Au terme des soixante-douze heures légales, Me Dominique Vallès rencontre les gardés à vue et dénonce ces méthodes :«Il suffisait de les convoquer.» Pour les Rouennais, si des «personnes périphériques se font interpeller, c’est parce qu’ils se disent : « On va pouvoir les faire cracher »», alors que les auditions des suspects ne donneraient rien.

Les trois seront libérés douze heures plus tard, non sans avoir été avertis : «Vous n’avez pas intérêt à dire de la merde dans les médias.» Nouria se retrouve «avec [son] carton, sur le trottoir» : «Ça fait bizarre. Les flics ont allumé leur deux tons, m’ont klaxonnée et ont fait des signes en partant à 100 à l’heure.»

(1) Les prénoms ont été changés.

21
Mai
09

Tarnac : maintenant, ça suffit !

http://www.rue89.com/2009/05/21/tarnac-maintenant-ca-suffit

Par N. Mamère D. Voynet et C. Duflot | Verts | 21/05/2009 | 10H07

Décidément, la justice antiterroriste ne plaisante pas avec le ridicule, elle le défie : depuis lundi, cinq nouvelles garde à vue ont eu lieu dans l’affaire Tarnac. Une manière d’épaissir un peu plus le dossier, toujours vide de quoi que ce soit pouvant se rapporter au complot terroriste dénoncé par la ministre de l’Intérieur, qui sonnait tambours et trompettes en novembre dernier.

Sans doute déçue depuis d’une affaire qui tend chaque jour à faire pschiiit, Mme Alliot-Marie s’est faite plus discrète, pariant sur la vieille leçon selon laquelle ses excès de langage s’oublieraient en parlant d’autre chose.

Reste que Julien Coupat est maintenu en détention, depuis sept mois. Reste que huit autres sont avec lui poursuivis pour une prétendue entreprise terroriste que la machine policière, si prompte d’ordinaire à grossir le trait, semble avoir peine à rendre crédible.

Reste que les seuls faits tangibles de ce dossier, le sabotage de voies ferrées, ont été revendiqués par d’autres, ce qui achève s’il le fallait encore de jeter le trouble sur la totalité de cette opération, dont on devine aisément le bénéfice médiatique et politique escompté, et bien moins la pertinence judiciaire.

Chaque jour passé en détention par Julien Coupat est un jour de trop

Depuis sept mois, d’abord parce que nous doutions des accusations portées en place publique par la ministre de l’Intérieur, puis lorsque nous avons pu vérifier combien nous avions raison de douter, nous avons dénoncé le sort réservé aux accusés de Tarnac.

Nous ne partageons sans doute pas les mêmes idées, et sommes résolument hostiles à toute forme de violence politique. Mais, précisément, nous sommes amenés à constater que de violence, il n’y eut point. Et que, si des textes ont été écrits et diffusés (ce qui, à ce stade, reste à débattre), la République ne nous a pas habitué à enfermer des gens pour ce qu’ils écrivent, encore moins sous l’accusation de terrorisme.

Depuis sept mois, chaque jour passé en détention par Julien Coupat est un jour de trop. S’il s’agissait d’entreprise terroriste, comment justifier que les autres accusés aient été libérés ? Et si ceux-là ont été libérés, pourquoi Julien Coupat, qui présente toutes les conditions de représentation et dont la liberté serait de toute façon surveillée, est-il maintenu en détention ?

Une société anesthésiée par le pouvoir personnel

Quel argument de droit peut-il justifier le maintien d’un régime d’exception pour un accusé dont le plus grand crime, s’il était prouvé, serait d’avoir ralenti un train, et ce alors même que les spécialistes s’accordent à dire qu’une telle action, pour stupide qu’elle soit, n’aurait mis en danger aucune vie humaine ? Et que signifie une justice qui, sourde au traumatisme d’Outreau, persiste à incarcérer des justiciables lorsqu’ils pourraient attendre leur procès en liberté ?

Depuis sept mois, nous considérons que la France se déshonore. L’affaire Tarnac n’est pas une anecdote, une petite affaire qui devrait être abandonnée aux seuls mouvements radicaux et contestataires.

Elle est un symptôme terrifiant de ce qu’une société anesthésiée par le pouvoir personnel, la recherche de boucs émissaires et l’accélération médiatique perpétuelle, peut laisser faire au nom de l’antiterrorisme. Il est plus que temps de se réveiller, d’ouvrir les yeux et de refuser la « justice » d’exception.

Noël Mamère, Dominique Voynet et Cécile Duflot

20
Mai
09

Je déballe ma bibliothèque

A la suite de la perquisition de la bibliothèque de Julien Coupat, où la présence d’un certain nombre de livres est retenue comme élément à charge, la maison des écrivains a lancé une pétition qui a déjà recueilli plus de 2000 signatures et qu’on peut signer sur:  http://www.m-e-l.fr/expression-libre-petitions-detail.php?id=8


En voici le texte:

Je déballe ma bibliothèque

Nos bibliothèques sont toutes pleines à craquer de livres subversifs. De ceux là, nous vient l¹inspiration. De ceux-là, nous apprenons à penser. De ceux-là, nous apprenons à douter. Mais aussi à croire. De ceux-là, nous apprenons à lire le monde, à le délier aussi. A ceux-là, nous tenons, tant ils nous tiennent en vie. Ces livres que nous lisons, que nous aimons sont tous, par essence, dans le fond comme dans la forme par le rapport qu¹ils entretiennent à la langue, enracinée dans le vivant , subversifs.

Ainsi, pour dénoncer le délit de lecture dont est accusé Julien Coupat, nous entendons ouvertement déballer nos bibliothèques, à l’instar de Walter Benjamin.

13
Mai
09

Une membre du comité de soutien aux « 9 de Tarnac »: «Un flic me braque directement un flingue sur la tête»

Publié ici, sur Médiapart.

Tessa Polak a 36 ans. Et «la rage». Tessa Polak est membre du comité de soutien parisien aux «Neuf de Tarnac». Pour Mediapart, elle a accepté de parler. Parce que, dit-elle, «c’est une manière de répondre politiquement à ce qui nous arrive». Ce qui lui arrive à elle, c’est une arrestation en pleine rue, d’une violence rare, le 28 avril dernier, dans le XXe arrondissement de Paris. «Arrivée à hauteur de chez moi, je vois une dizaine de mecs surarmés qui se jettent sur ma voiture, et l’un d’eux me braque directement un flingue sur la tête. Il me l’a pointé sur la tempe. Il me l’a pratiquement entré dans le cerveau…»

Son avocate, Irène Terrel, ramasse la scène en une phrase : «C’est Mesrine, moins les balles.» Et Tessa Polak n’est pas non plus Mesrine. Bien sûr, la jeune femme est une militante, bien sûr elle est une photographe engagée, une silhouette fine qu’on retrouve dans bien des manifestations. Elle est aussi une amie de ceux de la ferme du Goutailloux de Tarnac. «J’y suis allée deux fois», dit-elle. Mais c’est tout. Rien qui justifie une telle débauche d’armes et de cris, là où une simple convocation aurait pu suffire. Elle ressortira d’ailleurs libre des 72 heures de garde à vue.

Alors, devant un petit square parisien, la semaine dernière, elle consent à parler. Parce que «la rage», parce qu’il faut tenter d’«être à la hauteur» des événements. D’abord, l’arrestation. «La première chose à laquelle j’ai pensé, c’est un car-jacking. Ensuite, à un film. Et après, j’ai demandé “qu’est-ce qui se passe ?” J’entendais hurler, hurler… “Tu sais très bien pourquoi ! terroriste! terroriste!”» A ses côtés dans la voiture, Benjamin Rosoux, l’un des mis en examen dans cette affaire (qui sur son blog, à Mediapart, avait immédiatement témoigné de la violence de l’interpellation., cf. onglet Prolonger). Et dans le coffre, des centaines d’exemplaires de L’Insurrection qui vient, ouvrage attribué à Julien Coupat and Co., que la militante était allée chercher la veille chez l’éditeur en vue d’une opération de mobilisation des comités de soutien dans toute la France. Rappelons que le livre en question est en vente libre depuis mars 2007, téléchargeable gratuitement sur Internet, qu’il a été versé intégralement au dossier d’instruction et qu’enfin, son éditeur, Eric Hazan, a passé à son sujet plus de trois heures dans les locaux de la Sdat, le 9 avril dernier.

«Le dispositif anti-terroriste fonctionne très bien tout seul…»

Ensuite, les interrogatoires. La petite cellule blanche à caméra et lumière criarde de la Sous-direction de l’anti-terrorisme à Levallois-Perret (Hauts-de-Seine). Le tutoiement des enquêteurs («ça nous amuse», auraient-ils dit). Les questions en rafale qui «portaient essentiellement sur mes relations avec ceux de Tarnac». Et parmi ses relations, trois des futurs mis en examen, à qui Tessa Polak a prêté sa voiture le soir des sabotages. Les trois ont été contrôlés à plusieurs centaines de kilomètres de la première dégradation, mais à quelques kilomètres d’une autre ligne SNCF (qui ne sera pas sabotée). La jeune femme poursuit: « J’ai prêté ma voiture comme je la prête en permanence, comme mon appartement est ouvert, comme mon frigo est ouvert, comme je partage tout avec ceux que je côtoie. Ce n’était pas un problème pour moi…» Elle évoque la vie «en commun», ces choses que les policiers «ne peuvent pas comprendre…». Son témoignage est à prendre aussi pour cela: comme si les mois passants et le désarroi passé, il y avait chez certains proches des mis en examen une volonté de faire face. Sur le front juridique mais surtout politique.

Puis, entre deux moments de pause, entre deux respirations, entre chien et loup, vient le temps de l’analyse : «C’est quand j’éprouve [cette violence policière] dans mon corps que je comprends qu’il y a quelque chose qui bascule. Que je suis dans une machine que je ne maîtrise pas, que je suis pris dans un rouage (…) Au fur et à mesure des trois jours de garde à vue, je me suis rendu compte combien le dispositif [anti-terroriste] peut fonctionner très bien tout seul. Un dispositif dans lequel je me retrouvais partie prenante mais qui n’était pas ni mon film, ni les solidarités qu’ils essayent de briser…» Puis, elle allume une cigarette comme on s’accroche à une épaule. «Je suis fatiguée», dit-elle. Mais déterminée, aussi. Assurément.

De nouvelles commissions rogatoires internationales

Quant au reste de l’affaire, voici les derniers éléments. Il y a quelques jours, l’ultime demande de remise en liberté de Julien Coupat vient de lui être refusée. Et une ultime fois, son avocate, Irène Terrel, doit faire appel (demain mardi) de cette décision. Depuis, elle ne décolère pas, d’autant, comme elle le révèle à Mediapart, que son client n’a pas été entendu par le juge depuis… le 13 février. Soit trois mois, en plus des trois premiers de sa détention (de novembre 2008 à février 2009). Trois mois supplémentaires à la prison de la Santé, trois mois à se voir refuser d’être à nouveau interrogé, trois mois à se voir refuser la communication de son dossier, trois mois de plus à attendre : «Trop c’est trop, lâche-t-elle. Julien n’a pas accès à son dossier, alors qu’il s’étale dans la presse… Il a quand même le droit de savoir ce qu’on lui reproche !»

Pour l’avocate, l’affaire serait (presque) entendue : «C’est une instruction à charge, et c’est ne faire outrage à personne que de l’affirmer.» C’est aussi une instruction à clé. Comme, par exemple, celle qui consiste à finalement convoquer, vendredi, Julien Coupat dans le bureau du juge d’instruction. C’est-à-dire après l’appel pour sa remise en liberté. Comme si, tout était joué d’avance et que le juge Fragnoli pariait sur un suivi sans faille de la cour d’appel de la chambre d’instruction (qui doit décider ou non de la libération de Coupat)… Pour mémoire, un premier juge des libertés et de la détention avait, dès décembre, considéré que la libération de Julien Coupat ne gênerait pas le bon déroulement de l’enquête… Et l’avait libéré avant que le parquet ne fasse immédiatement appel.

Il y a également quelques jours, le juge a rendu sa décision sur la demande de requalifier les faits que lui formulaient tous les avocats des mis en examen: non, le juge Thierry Fragnoli ne se déclare pas incompétent. Et oui, à ses yeux, l’affaire relève bien du terrorisme là où, depuis des mois, le débat fait rage. Tout sabotage est-il terreur ? Toute dégradation non violente est-elle intimidation ? Outre que la justice aura à prouver éventuellement l’implication de tel ou tel, c’est bien ici l’une des questions centrales de l’affaire. De celles qui la rendent emblématique de l’époque. Jusqu’où l’anti-terrorisme peut-il traquer les soupçons de terrorisme ?

Prouver. Trouver des éléments. Recouper. C’est précisément la mission des enquêteurs de la Sdat soumis, d’après ce que l’on croit comprendre, à une «forte pression». Semaine après semaine, leur travail prend d’ailleurs des allures de grande enquête policière internationale. Une source proche de l’enquête raconte : «Nous cherchons en Allemagne, en Grèce, en Italie, toutes les relations que le groupe pouvait entretenir, mais surtout ses éventuels “projets”.» Tout ce qui peut apparaître comme «documents préparatoires» est exploité en ce sens. C’est ainsi que Le Point révélait, la semaine dernière, le retour d’une commission rogatoire internationale au Canada. La police montée canadienne aurait envoyé à ses homologues français quelques effets saisis dans le sac à dos de Julien Coupat à la frontière américaine, frontière qu’il avait franchie illégalement en janvier 2008 (ne voulant pas se soumettre aux passeports biométriques exigés par les autorités américaines, Yildune Lévy et son compagnon Coupat avaient en effet choisi de couper à travers bois) : «Dans un carnet de notes figure une liste manuscrite de fournitures susceptibles de constituer la panoplie du parfait saboteur, écrit l’hebdomadaire : y apparaissent notamment les “tubes et ficelles” généralement utilisés pour poser des crochets métalliques sur les caténaires sans risquer l’électrocution. Plus explicite encore, la mention “gants spéciaux, 25.000 v” laisse nettement supposer que Julien Coupat se préparait à participer à une action contre des lignes électriques. (…) Plusieurs documents retrouvés dans le même sac accréditent les contacts avec de tels groupes ; dans des échanges de messages entre eux, certains correspondants souhaitaient – en anglais, en allemand et en italien – à leurs camarades français « bonne chance pour (leur) projet« .»

Côté police, on justifie l’apparition tardive de ces nouveaux éléments dans le dossier par des raisons… administratives. A dire vrai, les policiers connaissaient le contenu du sac à dos en question bien avant les arrestations de Tarnac. Puisque le début de la surveillance de Coupat et de ses amis datait, précisément, de cet épisode canadien. Des mois avant les sabotages qui leur sont imputés. Seulement voilà, «les informations opérationnelles, qu’on obtient par téléphone par exemple, de flic à flic, ne peuvent pas être mises en procédure judiciaire comme ça… Tout doit être vérifié et acté par les différentes autorités», souffle un policier. Autrement dit : tout ça n’était pas si neuf. Et, surtout, si l’on en croit quelques indiscrétions, pas si clair. Ainsi, les indices canadiens expédiés à la Sdat ne seraient que des clichés de qualité moyenne. Et pour cause : le sac à dos et son contenu avaient été restitués à Julien Coupat quelques semaines après son passage à la frontière. Quant à la liste elle-même, elle comporterait des éléments très hétéroclites : achat de livres, de caban, d’outils divers. Et daterait d’un certain temps : elle était griffonnée au dos d’un papier à en-tête de l’épicerie de Tarnac, alors en travaux. Dans le genre discret, on a vu mieux. Dans le genre terroriste, cette liste-de-course-estampillée serait une incroyable première…

Enfin, selon nos informations, les compléments d’expertises des fameux crochets, retrouvés sur les lignes de chemin de fer en France, n’auraient rien donné.


  • Lire Aussi

    Tessa Polak a 36 ans. Et «la rage». Tessa Polak est membre du comité de soutien parisien aux «Neuf de Tarnac». Pour Mediapart, elle a accepté de parler. Parce que, dit-elle, «c’est une manière de répondre politiquement à ce qui nous arrive». Ce qui lui arrive à elle, c’est une arrestation en pleine rue, d’une violence rare, le 28 avril dernier, dans le XXe arrondissement de Paris. «Arrivée à hauteur de chez moi, je vois une dizaine de mecs surarmés qui se jettent sur ma voiture, et l’un d’eux me braque directement un flingue sur la tête. Il me l’a pointé sur la tempe. Il me l’a pratiquement entré dans le cerveau…»

    Son avocate, Irène Terrel, ramasse la scène en une phrase : «C’est Mesrine, moins les balles.» Et Tessa Polak n’est pas non plus Mesrine. Bien sûr, la jeune femme est une militante, bien sûr elle est une photographe engagée, une silhouette fine qu’on retrouve dans bien des manifestations. Elle est aussi une amie de ceux de la ferme du Goutailloux de Tarnac. «J’y suis allée deux fois», dit-elle. Mais c’est tout. Rien qui justifie une telle débauche d’armes et de cris, là où une simple convocation aurait pu suffire. Elle ressortira d’ailleurs libre des 72 heures de garde à vue.

    Alors, devant un petit square parisien, la semaine dernière, elle consent à parler. Parce que «la rage», parce qu’il faut tenter d’«être à la hauteur» des événements. D’abord, l’arrestation. «La première chose à laquelle j’ai pensé, c’est un car-jacking. Ensuite, à un film. Et après, j’ai demandé “qu’est-ce qui se passe ?” J’entendais hurler, hurler… “Tu sais très bien pourquoi ! terroriste! terroriste!”» A ses côtés dans la voiture, Benjamin Rosoux, l’un des mis en examen dans cette affaire (qui sur son blog, à Mediapart, avait immédiatement témoigné de la violence de l’interpellation., cf. onglet Prolonger). Et dans le coffre, des centaines d’exemplaires de L’Insurrection qui vient, ouvrage attribué à Julien Coupat and Co., que la militante était allée chercher la veille chez l’éditeur en vue d’une opération de mobilisation des comités de soutien dans toute la France. Rappelons que le livre en question est en vente libre depuis mars 2007, téléchargeable gratuitement sur Internet, qu’il a été versé intégralement au dossier d’instruction et qu’enfin, son éditeur, Eric Hazan, a passé à son sujet plus de trois heures dans les locaux de la Sdat, le 9 avril dernier.

  • «Le dispositif anti-terroriste fonctionne très bien tout seul…»

    Ensuite, les interrogatoires. La petite cellule blanche à caméra et lumière criarde de la Sous-direction de l’anti-terrorisme à Levallois-Perret (Hauts-de-Seine). Le tutoiement des enquêteurs («ça nous amuse», auraient-ils dit). Les questions en rafale qui «portaient essentiellement sur mes relations avec ceux de Tarnac». Et parmi ses relations, trois des futurs mis en examen, à qui Tessa Polak a prêté sa voiture le soir des sabotages. Les trois ont été contrôlés à plusieurs centaines de kilomètres de la première dégradation, mais à quelques kilomètres d’une autre ligne SNCF (qui ne sera pas sabotée). La jeune femme poursuit: « J’ai prêté ma voiture comme je la prête en permanence, comme mon appartement est ouvert, comme mon frigo est ouvert, comme je partage tout avec ceux que je côtoie. Ce n’était pas un problème pour moi…» Elle évoque la vie «en commun», ces choses que les policiers «ne peuvent pas comprendre…». Son témoignage est à prendre aussi pour cela: comme si les mois passants et le désarroi passé, il y avait chez certains proches des mis en examen une volonté de faire face. Sur le front juridique mais surtout politique.

    Puis, entre deux moments de pause, entre deux respirations, entre chien et loup, vient le temps de l’analyse : «C’est quand j’éprouve [cette violence policière] dans mon corps que je comprends qu’il y a quelque chose qui bascule. Que je suis dans une machine que je ne maîtrise pas, que je suis pris dans un rouage (…) Au fur et à mesure des trois jours de garde à vue, je me suis rendu compte combien le dispositif [anti-terroriste] peut fonctionner très bien tout seul. Un dispositif dans lequel je me retrouvais partie prenante mais qui n’était pas ni mon film, ni les solidarités qu’ils essayent de briser…» Puis, elle allume une cigarette comme on s’accroche à une épaule. «Je suis fatiguée», dit-elle. Mais déterminée, aussi. Assurément.

  • Quant au reste de l’affaire, voici les derniers éléments. Il y a quelques jours, l’ultime demande de remise en liberté de Julien Coupat vient de lui être refusée. Et une ultime fois, son avocate, Irène Terrel, doit faire appel (demain mardi) de cette décision. Depuis, elle ne décolère pas, d’autant, comme elle le révèle à Mediapart, que son client n’a pas été entendu par le juge depuis… le 13 février. Soit trois mois, en plus des trois premiers de sa détention (de novembre 2008 à février 2009). Trois mois supplémentaires à la prison de la Santé, trois mois à se voir refuser d’être à nouveau interrogé, trois mois à se voir refuser la communication de son dossier, trois mois de plus à attendre : «Trop c’est trop, lâche-t-elle. Julien n’a pas accès à son dossier, alors qu’il s’étale dans la presse… Il a quand même le droit de savoir ce qu’on lui reproche !»

    Pour l’avocate, l’affaire serait (presque) entendue : «C’est une instruction à charge, et c’est ne faire outrage à personne que de l’affirmer.» C’est aussi une instruction à clé. Comme, par exemple, celle qui consiste à finalement convoquer, vendredi, Julien Coupat dans le bureau du juge d’instruction. C’est-à-dire après l’appel pour sa remise en liberté. Comme si, tout était joué d’avance et que le juge Fragnoli pariait sur un suivi sans faille de la cour d’appel de la chambre d’instruction (qui doit décider ou non de la libération de Coupat)… Pour mémoire, un premier juge des libertés et de la détention avait, dès décembre, considéré que la libération de Julien Coupat ne gênerait pas le bon déroulement de l’enquête… Et l’avait libéré avant que le parquet ne fasse immédiatement appel.

    Il y a également quelques jours, le juge a rendu sa décision sur la demande de requalifier les faits que lui formulaient tous les avocats des mis en examen: non, le juge Thierry Fragnoli ne se déclare pas incompétent. Et oui, à ses yeux, l’affaire relève bien du terrorisme là où, depuis des mois, le débat fait rage. Tout sabotage est-il terreur ? Toute dégradation non violente est-elle intimidation ? Outre que la justice aura à prouver éventuellement l’implication de tel ou tel, c’est bien ici l’une des questions centrales de l’affaire. De celles qui la rendent emblématique de l’époque. Jusqu’où l’anti-terrorisme peut-il traquer les soupçons de terrorisme ?

    Prouver. Trouver des éléments. Recouper. C’est précisément la mission des enquêteurs de la Sdat soumis, d’après ce que l’on croit comprendre, à une «forte pression». Semaine après semaine, leur travail prend d’ailleurs des allures de grande enquête policière internationale. Une source proche de l’enquête raconte : «Nous cherchons en Allemagne, en Grèce, en Italie, toutes les relations que le groupe pouvait entretenir, mais surtout ses éventuels “projets”.» Tout ce qui peut apparaître comme «documents préparatoires» est exploité en ce sens. C’est ainsi que Le Point révélait, la semaine dernière, le retour d’une commission rogatoire internationale au Canada. La police montée canadienne aurait envoyé à ses homologues français quelques effets saisis dans le sac à dos de Julien Coupat à la frontière américaine, frontière qu’il avait franchie illégalement en janvier 2008 (ne voulant pas se soumettre aux passeports biométriques exigés par les autorités américaines, Yildune Lévy et son compagnon Coupat avaient en effet choisi de couper à travers bois) : «Dans un carnet de notes figure une liste manuscrite de fournitures susceptibles de constituer la panoplie du parfait saboteur, écrit l’hebdomadaire : y apparaissent notamment les “tubes et ficelles” généralement utilisés pour poser des crochets métalliques sur les caténaires sans risquer l’électrocution. Plus explicite encore, la mention “gants spéciaux, 25.000 v” laisse nettement supposer que Julien Coupat se préparait à participer à une action contre des lignes électriques. (…) Plusieurs documents retrouvés dans le même sac accréditent les contacts avec de tels groupes ; dans des échanges de messages entre eux, certains correspondants souhaitaient – en anglais, en allemand et en italien – à leurs camarades français « bonne chance pour (leur) projet« .»

    Côté police, on justifie l’apparition tardive de ces nouveaux éléments dans le dossier par des raisons… administratives. A dire vrai, les policiers connaissaient le contenu du sac à dos en question bien avant les arrestations de Tarnac. Puisque le début de la surveillance de Coupat et de ses amis datait, précisément, de cet épisode canadien. Des mois avant les sabotages qui leur sont imputés. Seulement voilà, «les informations opérationnelles, qu’on obtient par téléphone par exemple, de flic à flic, ne peuvent pas être mises en procédure judiciaire comme ça… Tout doit être vérifié et acté par les différentes autorités», souffle un policier. Autrement dit : tout ça n’était pas si neuf. Et, surtout, si l’on en croit quelques indiscrétions, pas si clair. Ainsi, les indices canadiens expédiés à la Sdat ne seraient que des clichés de qualité moyenne. Et pour cause : le sac à dos et son contenu avaient été restitués à Julien Coupat quelques semaines après son passage à la frontière. Quant à la liste elle-même, elle comporterait des éléments très hétéroclites : achat de livres, de caban, d’outils divers. Et daterait d’un certain temps : elle était griffonnée au dos d’un papier à en-tête de l’épicerie de Tarnac, alors en travaux. Dans le genre discret, on a vu mieux. Dans le genre terroriste, cette liste-de-course-estampillée serait une incroyable première…

    Enfin, selon nos informations, les compléments d’expertises des fameux crochets, retrouvés sur les lignes de chemin de fer en France, n’auraient rien donné.

    Lire Aussi
13
Mai
09

Les terroristes sont dans la rue

Nous n’avions pas encore vu ces vidéos de la Télé Libre. Peut-être que vous non plus. N’hésitez pas à nous signaler des vidéos ou des textes, non encore diffusés sur ce blog, qui le mériteraient (olympe.deux.gouges (arobase) gmail.com). Merci.

A l’occasion de la manifestation du 31 janvier, « sabotons l’antiterrorisme » :

Au soir de la libération d’Yldune :

12
Mai
09

« Les policiers ont fait ‘Bingo !’ comme s’ils avaient découvert une cache d’armes »

Il est plus que tenps de se bouger… si ce n’est pas encore le cas !Entrons en résistance active.

LE MONDE | 11.05.09 | 10h32  •  Mis à jour le 11.05.09 | 13h16
Tessa Polak a « la rage ». Interpellée le 28 avril par la police antiterroriste (SDAT), placée en garde à vue 72 heures puis relâchée sans aucune charge, cette femme de 36 ans, photographe de profession, dénonce aujourd’hui une « manœuvre d’intimidation ».Membre active d’un comité de soutien aux neuf personnes mises en examen dans l’affaire des sabotages de voies SNCF, elle en connaît quelques-unes, en a croisé d’autres à Tarnac, en Corrèze, où elle s’est déjà rendue. Mais elle ne s’attendait pas, six mois après l’arrestation des neuf le 11 novembre 2008, a être, à son tour, interpellée de la sorte dans la rue. Depuis lors, elle collecte les témoignages.

Ce 28 avril, en début d’après-midi, Tessa Polak circule en voiture dans le 20e arrondissement à Paris avec Benjamin Rosoux, l’un des mis en examen de Tarnac, à ses côtés. « A l’angle de la rue des Pyrénées et de la rue du Jourdain, alors que je ralentissais, une nuée de types a surgi, dit-elle. Ma vitre était ouverte, je me suis retrouvée avec un pistolet sur la tempe tandis que deux autres me braquaient de face. J’ai cru à un car-jacking. » Il s’agit en fait de policiers en civil. Eberluée, elle ne se souvient que de ces mots : « Terroriste ! Terroriste ! »

Menottée, elle est embarquée dans une autre voiture, tandis que Benjamin Rosoux est planté sur le trottoir, et emmenée à son propre domicile où a lieu une perquisition. Sur place, la police saisit ses ordinateurs et deux piles de L’insurrection qui vient. Ce livre collectif et anonyme, en vente libre, est perçu par la police, qui l’attribue à Julien Coupat, comme la doctrine du groupe. Il a été versé, dans son intégralité, au dossier d’instruction et vaudra d’ailleurs à son éditeur, Eric Hazan, d’être entendu le 9 avril par la police antiterroriste.

Dans le coffre de la voiture de Tessa Polak, la SDAT en découvre 400 autres exemplaires. « Ils ont fait ‘Bingo !’, comme s’ils avaient découvert une cache d’armes, ironise-t-elle. Sauf que quand ils m’ont demandé d’où ça venait, je leur ai dit que j’étais passée chez l’éditeur et que je comptais les distribuer dans le cadre du comité de soutien, ce qu’ils savaient déjà. »

Tout au long de sa garde à vue, et des « 8 à 10 interrogatoires », la jeune femme comprend qu’elle a fait l’objet d’une surveillance. Aux policiers qui lui demandent pourquoi elle a prêté son véhicule, en novembre 2008, à trois des mis en examen, dont Benjamin Rosoux, elle répond : « Ma voiture je l’ai prêtée comme ma maison est ouverte, mon frigo est ouvert… » « Ce qui m’a étonnée, poursuit Tessa Polak, c’est que leurs investigations portaient beaucoup sur le livre. Le type de questions qu’ils m’ont posé, la manière avec laquelle ils le faisaient, c’était pour valider leurs fantasmes. Le mot ‘cellule’ revenait sans cesse… »

Après 48 heures, elle est brièvement présentée au juge d’instruction Thierry Fragnoli pour une prolongation de sa garde à vue. Tessa Polak jure alors l’avoir entendu dire : « Ce n’est pas ma faute mais vous allez payer pour les autres. » « J’étais sonnée », dit-elle.

Avec le recul, la jeune femme analyse son interpellation comme une « manœuvre d’intimidation, une façon de briser les solidarités actives, d’envoyer des signaux, et de banaliser les garde à vue ». « Sinon, ajoute-t-elle, pourquoi m’ont-ils convoquée de cette façon ? Quand je leur ai demandé, ils ne m’ont pas répondu. » Après cette interpellation, et celle de plusieurs étudiants, soupçonnés d’avoir participé à une manifestation non autorisée en faveur, notamment, de Julien Coupat, dernier des mis en examen à être toujours incarcéré, les comités de soutien – il en existerait une cinquantaine en France –, se sentent sous pression. « Il y a une demande très pressante de “guides” de garde à vue », ironise Frédéric Combarieu, membre du comité parisien.

Alors que le juge des libertés et de la détention doit une nouvelle fois statuer sur la demande de remise en liberté de Julien Coupat, ce dernier lassé des fouilles et de cette « farce », a demandé à ne pas être extrait de sa cellule pour l’occasion. Pour les mêmes raisons, le comité de soutien ne se rassemblera pas non plus ce jour-là. Mais plusieurs initiatives en mai, des concerts notamment, sont à l’ordre du jour

Isabelle Mandraud
Article paru dans l’édition du 12.05.09