Posts Tagged ‘Giorgio Agamben

25
Nov
08

24 novembre – Libération se reprend (un peu)

Après sa une du 12 novembre proprement scandaleuse (l’ultragauche déraille), Libération se reprend et publie deux articles ce lundi 24 novembre. Mais il y a encore du chemin !

SNCF : itinéraires croisés des mis en examen

http://www.liberation.fr/societe/0101268280-sncf-itineraires-croises-des-mis-en-examen

GAËL COGNÉ et ANNICK FAUROT

Mercredi 12 novembre, lendemain des interpellations dans l’affaire des sabotages de caténaires de la SNCF. Dix personnes sont en garde à vue dans le cadre d’une procédure antiterroriste. Le téléphone sonne à la rédaction de Libération. «Julien, ce n’est pas un illuminé, ce n’est pas un dingue», dit l’homme au bout du fil qui veut rester anonyme. Julien, 34 ans, ce serait, selon le ministère de l’Intérieur, la tête pensante d’une organisation terroriste d’«ultra gauche». Une accusation qui sidère son père : «C’est un gag. Julien n’est pas un chef, ça n’a jamais été un chef.» Pourtant, avec huit autres, il est mis en examen. Il risque 20 ans de prison.

Archéologie. Quatre de ses compagnons ont été relâchés sous contrôle judiciaire : Aria (26 ans, ex-actrice d’une sitcom suisse), Mathieu (27 ans, ancien étudiant de l’EHESS), Elsa (22 ans, en master d’anglais) et Bertrand (23 ans, étudiant en socio). Elsa et Bertrand ont pu rentrer à Rouen. Ils y vivent dans des sortes de colocations où on met les économies en commun. Ils aiment le débat d’idées et participent à des manifs, mais ne savent pas forcément trop où ils se situent. Ils ont rencontré ponctuellement Julien. Cinq autres, dont Julien, n’ont pas eu la chance de retrouver leur lit. Ils ont été placés en détention provisoire. Julien, Yldune (25 ans, étudiante en archéologie), Gabrielle (29 ans, étudiante infirmière), Manon (25 ans, musicienne, premier prix de clarinette du conservatoire) et Benjamin (30 ans, ancien étudiant à Sciences Po Rennes, président un temps de la fédé des jeunes Verts européens) sont suspectés de «dégradation en réunion sur des lignes ferroviaires dans une perspective d’action terroriste». Parmi eux, des jeunes parents dont Gabrielle qui a également des soucis de santé.

Au téléphone, notre interlocuteur reprend : «J’ai connu Julien lorsqu’il était rédacteur de Tiqqun. Cette revue était une réflexion post-situationniste, post-adornienne, de facture étonnante.» A cette époque (fin des années 90), Julien vient d’abandonner son DEA à l’Ecole des hautes études en sciences sociales (EHESS), au département d’histoire et civilisation. Le jeune homme, brillant, a déjà un diplôme de l’Essec en poche. C’est un fou de lecture. Olivier Pascault étudiant à l’époque à l’EHESS se souvient : «Il pouvait oublier de manger ou de dormir pour lire.»

Jeux d’échecs. Grâce au philosophe Giorgio Agamben, qui l’aide à trouver un imprimeur en Italie, deux numéros de Tiqqun sortent. A l’époque, les sympathisants de la revue se retrouvent au café le Vouvray, rue Saint-Ambroise, à Paris. Un lieu de débat, de projections. Mais le jeune homme «étouffe» à Paris. En 2003, il cherche une ferme. Il la trouve à Tarnac, au lieu-dit de la ferme du Goutailloux. La ferme est payée grâce à un pot commun. Une petite communauté s’installe. Benjamin, censé être le numéro 2 de la bande selon les enquêteurs, s’occupe de l’épicerie. Un travail «très dur», selon son père, qui lui prend tout son temps. Les jeunes de la ferme s’insèrent : ils organisent des repas gastronomiques, des tournois d’échecs, ravitaillent les anciens.

Sibérie. L’été une cinquantaine de personnes vivent à Tarnac. Certains ont des talents de mécano, d’autres de charpentier ou de maçon. Les gens passent. Gabrielle est partie l’été dernier en coopération dans le Nord de la Sibérie, un autre allait souvent voir son frère au Brésil, selon Jean Plazanet, l’ancien maire de Tarnac (PCF).

Ils militent pour les droits des sans-papiers, contre la guerre en Irak… Certains manifestent. C’est ainsi qu’ils se font repérer par les services de renseignement (lire page suivante). Ainsi, Julien a été signalé aux Etats-Unis, en Grèce ou à Vichy. Pour son condisciple de l’EHESS, Olivier Pascault, «Tarnac, c’est tout simplement la mise en pratique» des idées du groupe : «vivre au plus près de la nature, fonder eux-mêmes leurs activités, échapper à la société spectaculaire marchande.»

Thierry Letellier, membre du comité de soutien connaît bien la communauté : «Sur le plateau de Millevaches, on veut créer une autre société. Ici, on se pose des questions sur comment mieux vivre au quotidien : mieux manger, se vêtir, se loger, se cultiver, faire en sorte que nos voisins soient plus heureux à côté de nous.»

En mars 2007 sort aux éditions La Fabrique l’Insurrection qui vient. Signé d’un mystérieux «comité invisible», les enquêteurs l’attribue entre autres à Julien Coupat. Pour eux, ce serait un bréviaire qui prône le bloquage des lignes de TGV.C’est parfois radical, mais pour Olivier Pascault, il ne faut pas tout confondre : «Ce ne sont pas des Mesrine politisés!»


«Planter des carottes sans chef ni leader»

http://www.liberation.fr/societe/0101268283-planter-des-carottes-sans-chef-ni-leader

A Tarnac, des parents ont lu un texte pour défendre le mode de vie de leurs enfants.

TARNAC, envoyée spéciale A.F.

La petite salle des fêtes de Tarnac était hier après-midi aussi remplie que lors de la création du comité de soutien aux cinq jeunes placés en détention, il y a une semaine. Quelques têtes nouvelles parmi les 200 personnes présentes : Gérard Coupat, le père de Julien Coupat, Michel et Marie, parents de Yldune, sa compagne, au milieu d’autres parents d’enfants mis en examen ou simplement de résidents de la ferme du Goutailloux. Ils sont venus rencontrer ces habitants qu’ils n’ont pour la plupart jamais vus et qui envoient des lettres de soutien ou donnent de l’argent pour leurs enfants depuis leur incarcération via la petite panière et le pot de confiture dévolus à cet usage à l’entrée du café, tenu par les jeunes du Goutailloux.

Méfiance. Les seuls à ne pas être les bienvenus sont les journalistes, tolérés mais interdits d’appareil photo ou de caméra. Une méfiance nourrie par les infos qui tombent et qui alimentent les discussions. «Tu as vu, ils parlent d’un carnet noir», commente le serveur du café en levant le nez d’un journal. «En fait, ils ont trouvé dedans une liste de courses : ciment, chaux, poutrelles.» Rires autour de lui.

Les parents sont sur la même ligne que les habitants : refuser poliment de répondre aux questions de la presse, s’exprimer d’une seule voix, de préférence par écrit. Michel, pourtant, se lève. Il a envie de dire qu’il a froid. «Froid aux os. C’est le contrecoup.» Le message est reçu. Sa compagne lit la lettre écrite collectivement. Il y est question en préambule de «l’épisode de police réalité» subi la semaine passée, des «marées de mensonges déversées». Puis c’est l’ironie qui l’emporte dans la contre-attaque : si leurs enfants ont un «traitement spécial», c’est qu’ils sont «hors normes». S’ils sont «radicaux», c’est qu’«ils prennent les problèmes à la racine». En «plantant des carottes sans chef ni leader». Ils terminent sur la question du devenir de la présomption d’innocence. Demandent que leurs enfants soient libérés le temps de l’enquête. Et que soit abandonnée la qualification de terrorisme. Non sans avoir, en post-scriptum, remercié les habitants «qui préfèrent croire ce qu’ils vivent que ce qu’ils voient à la télé».

«Energie». Rendez-vous est pris sur le site créé par le comité de Tarnac pour suivre l’action des comités qui se créent à Tulle, Limoges, Paris, Toulouse, Nancy, Rouen. La fin de la réunion arrive, les familles s’éclipsent. Krista est parmi eux. Elle a fait le déplacement du Tarn pour voir sa fille de 27 ans, mère depuis 3 mois, et qui vit «épisodiquement» au Goutailloux, où elle a un atelier de tissage à l’étage. Venue deux ou trois fois partager quelques jours avec le groupe de jeunes, elle souvient de «leur énergie vitale, de leurs vrais choix et de leurs projets, en étant clairs dans leurs têtes». Elle confesse qu’elle n’avait qu’une crainte pour sa fille : «Tout ce qui a trait à la liberté est difficilement acceptable par les autres.»

Publicités
23
Nov
08

Terrorisme ou tragi-comédie, par Giorgio Agamben

Publié par Libération le 19 novembre….

Giorgio Agamben philosophe italien.

Al’aube du 11 novembre, 150 policiers, dont la plupart appartenaient aux brigades antiterroristes, ont encerclé un village de 350 habitants sur le plateau de Millevaches avant de pénétrer dans une ferme pour arrêter 9 jeunes gens (qui avaient repris l’épicerie et essayé de ranimer la vie culturelle du village). Quatre jours plus tard, les 9 personnes interpellées ont été déférées devant un juge antiterroriste et «accusées d’association de malfaiteurs à visée terroriste». Les journaux rapportent que le ministre de l’Intérieur et le chef de l’Etat «ont félicité la police et la gendarmerie pour leur diligence». Tout est en ordre en apparence. Mais essayons d’examiner de plus près les faits et de cerner les raisons et les résultats de cette «diligence».

Les raisons d’abord : les jeunes gens qui ont été interpellés «étaient suivis par la police en raison de leur appartenance à l’ultra-gauche et à la mouvance anarcho autonome». Comme le précise l’entourage de la ministre de l’Intérieur, «ils tiennent des discours très radicaux et ont des liens avec des groupes étrangers». Mais il y a plus : certains des interpellés «participaient de façon régulière à des manifestations politiques», et, par exemple, «aux cortèges contre le fichier Edvige et contre le renforcement des mesures sur l’immigration». Une appartenance politique (c’est le seul sens possible de monstruosités linguistiques comme «mouvance anarcho autonome»), l’exercice actif des libertés politiques, la tenue de discours radicaux suffisent donc pour mettre en marche la Sous direction antiterroriste de la police (Sdat) et la Direction centrale du renseignement intérieur (DCRI). Or, qui possède un minimum de conscience politique ne peut que partager l’inquiétude de ces jeunes gens face aux dégradations de la démocratie qu’entraînent le fichier Edvige, les dispositifs biométriques et le durcissement de règles sur l’immigration.

Quant aux résultats, on s’attendrait à ce que les enquêteurs aient retrouvé dans la ferme de Millevaches des armes, des explosifs, et des cocktails Molotov. Tant s’en faut. Les policiers de la Sdat sont tombés sur «des documents précisant les heures de passage des trains, commune par commune, avec horaire de départ et d’arrivée dans les gares». En bon français : un horaire de la SNCF. Mais ils ont aussi séquestré du «matériel d’escalade». En bon français : une échelle, comme celles qu’on trouve dans n’importe quelle maison de campagne.

Il est donc temps d’en venir aux personnes des interpellés et, surtout, au chef présumé de cette bande terroriste, «un leader de 33 ans issu d’un milieu aisé et parisien, vivant grâce aux subsides de ses parents». Il s’agit de Julien Coupat, un jeune philosophe qui a animé naguère, avec quelques-uns de ses amis, Tiqqun, une revue responsable d’analyses politiques sans doute discutables, mais qui compte aujourd’hui encore parmi les plus intelligentes de cette période. J’ai connu Julien Coupat à cette époque et je lui garde, d’un point de vue intellectuel, une estime durable.

Passons donc à l’examen du seul fait concret de toute cette histoire. L’activité des interpellés serait à mettre en liaison avec les actes de malveillance contre la SNCF qui ont causé le 8 novembre le retard de certains TGV sur la ligne Paris-Lille. Ces dispositifs, si l’on en croit les déclarations de la police et des agents de la SNCF eux-mêmes, ne peuvent en aucun cas provoquer des dommages aux personnes : ils peuvent tout au plus, en entravant l’alimentation des pantographes des trains, causer le retard de ces derniers. En Italie, les trains sont très souvent en retard, mais personne n’a encore songé à accuser de terrorisme la société nationale des chemins de fer. Il s’agit de délits mineurs même si personne n’entend les cautionner. Le 13 novembre, un communiqué de la police affirmait avec prudence qu’il y a peut-être «des auteurs des dégradations parmi les gardés a vue, mais qu’il n’est pas possible d’imputer une action à tel ou tel d’entre eux».

La seule conclusion possible de cette ténébreuse affaire est que ceux qui s’engagent activement aujourd’hui contre la façon (discutable au demeurant) dont on gère les problèmes sociaux et économiques sont considérés ipso facto comme des terroristes en puissance, quand bien même aucun acte ne justifierait cette accusation. Il faut avoir le courage de dire avec clarté qu’aujourd’hui, dans de nombreux pays européens (en particulier en France et en Italie), on a introduit des lois et des mesures de police qu’on aurait autrefois jugées barbares et antidémocratiques et qui n’ont rien à envier à celles qui étaient en vigueur en Italie pendant le fascisme. L’une de ces mesures est celle qui autorise la détention en garde à vue pour une durée de quatre-vingt-seize heures d’un groupe de jeunes imprudents peut-être, mais auxquels «il n’est pas possible d’imputer une action». Une autre tout aussi grave est l’adoption de lois qui introduisent des délits d’association dont la formulation est laissée intentionnellement dans le vague et qui permettent de classer comme «à visée» ou «à vocation terroriste» des actes politiques qu’on n’avait jamais considérés jusque-là comme destinés à produire la terreur.

Traduit de l’italien par Martin Rueff.

Dernier ouvrage paru : le Règne et la gloire, homo sacer, II, 2, traduit de l’italien par Joël Gayraud et Martin Rueff, Seuil, 2008.