Posts Tagged ‘voies ferrées

28
Nov
08

Des vidéos supplémentaires…

Publiées il y a quelques temps, on les avait ratées…

On les publie ici, également pour montrer comment la presse a pu instrumentaliser l’arrestation des 9 !

Tout d’abord, une vidéo scandaleuse, amalgamant tous les manifestants des G8 ou autres contre-sommets de Vichy à des terroristes : de telles désinformations devraient pousser certains journalistes à changer de métier.

Une interview du père de Julien Coupat sur France 5, avec un animateur (on ne peut pas appeler ça du journalisme…) très limite…

Extrait de l’émission Arrêt sur Image qui essaie de démêler les pratiques douteuses de certains médias

Le lien vers un radiozapping réalisé par le Monde.fr du 12 novembre : à écouter ici.

Pour rappel, on avait déjà publié :

Interview d’Eric Hazan ;

les J’espère des Guignols ;

des vidéos de France 3 Limousin ; ;

le comité de soutien sur France 2 ; ;

la bataille du rail ; ;

une parodie du Journal de TF1 ; ;

– une chronique de Didier Porte sur France Inter ici et ici ;

Publicités
22
Nov
08

Nombreuses vidéos sur France3 Limousin

Sur cette page, on peut trouver :

  • une longue interview de l’avocate d’Irène Terrel ;
  • un reportage sur le comité de soutien ;
  • des réactions après les mises en examen ;
  • des reportages sur Tarnac ;
17
Nov
08

Retour sur la traque de l’ultra-gauche

Repris de Bakchich.info ici :

Retour sur la traque de l’ultra-gauche

L’arrestation de neuf anars présentés comme « ennemis de la société », accusés d’avoir saboté les TGV, leur mise en examen et en détention ce week-end, pour cinq d’entre eux, est une histoire complexe.

Il se trouve que Julien Coupat, présenté par le procureur Jean-Claude Marin et une partie de la presse, comme « le cerveau de la cellule invisible », est une cible du FBI.

Comme les flics de ce service « mythique » ont beaucoup œuvré pour collecter un maximum d’éléments sur Hassan Diab, un Palestinien qui a longtemps vécu aux Etats-Unis (voir encadré), il y a dans l’arrestation de Coupat et consort un synchronisme magique : on vous aide sur Coupat, aidez-nous sur Diab. Il s’agit de recueillir des traces, ADN, empreintes, adresses, écrits, relevés téléphoniques, listes des amis du palestinien aujourd’hui prof de socio lors de son séjour aux USA. Outre une éventuelle embuscade tendue à nos fiers TGV, les anars sont aussi victimes d’un renvoi d’ascenseur qui marche de mieux en mieux entre Washington et Paris.

Hassan Diab et l’attentat de la rue Copernic

Mais que fait donc Julien Coupat, diplômé de l’ESSEC, 34 ans dans un dossier du FBI ? Lui qui, après avoir renoncé à l’immense bonheur d’une vie bourgeoise vit discrètement entre une ferme en Corrèze et un appartement à Paris ? Si l’histoire de l’intello relève d’un épisode de New York Police Blues, c’est parce que le camarade Coupat, outre la Corrèze, aime voyager. Ainsi, avec sa fiancée Yldune, il a, à la fin 2007, effectué un voyage un aux Etats-Unis. Mais, incorrigible, Coupat a choisit de fréquenter des anars, ces ennemis de l’ordre qui existent encore au paradis de Bush.

Des gauchos dans l’oeil du FBI

En janvier 2008, lors de son passage à New York, bon touriste, notre révolutionnaire de la Corrèze prend des photos de Time Square, le point le plus visité de la Big Apple. Quand, avec sa fiancée, notre Guevara de Tulle quitte les USA pour retourner au Canada, son visa qui n’est plus en règle. Il est « retenu » par le FBI, et la littérature, retrouvée dans ses bagages, confirme aux policiers que, pour changer le monde, Coupat croit davantage en Bakounine qu’en Arnold Schwarzenegger. Le voyage du Corrézien est donc reconstitué, ses amitiés militantes démasquées, ses documents et photos, dont les jolies vues de Time Square sont dupliquées.

Un peu plus de deux mois plus tard, le 6 mars, une grenade d’exercice fait sauter les vitres d’un centre de recrutement de l’armée situé, justement, à Time Square. C’est là que, pour le FBI, Coupat et ses potes américains deviennent un cœur de cible… D’où, a partir du printemps, une certaine pression de nos amis US sur l’ermite de Tarnac, le charmant bled où l’intello s’est retiré du monde.

Dès que cette requête venue d’outre-Atlantique tombe sur son bureau, la merveilleuse MAM se met à voir des anarchistes partout. Et il commence à pleuvoir dru sur les révoltés qui traînent trop aux manifs anti G8, G20 et autre « G »… Pour la toute nouvelle super police, la DCRI, qui regroupe DST et RG, c’est une « priorité absolue », que de pister et « neutraliser » ces anars.

Pourquoi pas capables, pense MAM, de nous faire un remake d’Action Directe ou encore un coup de folie à la Florence Rey et Audry Maupin (flingage à tout va place de la Nation) ?

Un autre élément, de « sécurité intérieure », pèse lourd sur le dos de ces jeunes enragés… Comme Mitterrand avait peur d’un attentat d’extrême droite, et avait créé sa pathétique cellule de l’Elysée pour le déjouer, Sarkozy craint un peu du côté de l’extrême gauche (pas celle de Besancenot).

Mitterrand avait peur d’Erulin, un agité du facho, et Sarko du Coupat, un agité du gaucho. Un lecteur de Proudhon et sans doute lui-même auteur d’un livre mystérieux, publié aux éditions La Fabrique », intitulé : L’Insurrection qui vient, un « mode d’emploi de l’action violente », dixit le procureur Marin. Les RG et les services de polices en général, ayant observé une « montée des violences et incivilités » contre ce qui symbolise l’Ump et Sarkozy, la traque de l’anar est devenue une grande cause nationale.

La chasse au drapeau noir ouverte depuis mai 2007

Dans l’affaire, premier protecteur du président à policier jusqu’à la mort, Claude Guéant qui continue de jouer un rôle à la Fouquet. Il faut dire que, dès l’élection de Nicolas Sarkozy nos zigotos pas contents étaient allés au (justement) « Fouquet’s », lieu de la libation néo présidentielle, pour se cogner avec le service d’ordre et même de mettre le feu au pantalon d’un maître d’hôtel !

Depuis dix mois, la chasse aux drapeaux noirs est donc ouverte. Et des maladroits se sont déjà fait prendre. Le 24 janvier deux jeunes, un garçon, F.F. et une fille, I.M., sont arrêtés par des douaniers pisteurs de shit au péage nord de Vierzon. Dans le sac d’I.M., les douaniers trouvent 1634 grammes de chlorate de soude, un désherbant qui, placé entre des mains expertes, permet de fabriquer un explosif. Aussi dans le sac à dos de la demoiselle, un manuscrit en italien : A chacun le vôtre. Mille façons de saboter le monde… F.F. et I.M. sont mis en prison. Si le garçon est aujourd’hui en liberté conditionnelle après 6 mois de cellule, au cours desquels il a été salement tabassé, I.M. est toujours en taule. On a trouvé son ADN sur une « botte » de quatre cigarettes qui, en se consumant, devaient mettre le feu à un allume barbecue, le tout placé, en mai 2007 donc pendant la présidentielle, sous une voiture grue de la préfecture de police de Paris parquée rue de Clignancourt. L’ADN, relevé sur la machine infernale qui a fait long feu, désignera aussi DB, autre jeune anar, comme co-auteur du piège à feu… Et lui aussi est en prison.

JPG - 50.9 ko

Complot gauchiste en France
© Nardo

Le 19 janvier, donc cinq jours avant le « coup de filet » du péage de Vierzon, les policiers antiterroristes avaient déjà arrêté trois autres jeunes I.H,D.B celui qui est maintenant en cellule, et B.L, lors d’une manif contre le Centre de rétention des sans papiers de Vincennes. Ils avaient dans leurs sacs de gros pétards, des lunettes de ski ( ?), et des clous (comme Ravachol à croire que la chose est culturelle chez l’anar). Regroupés dans le même dossier, les mis en examen de cette rafle judiciaire de janvier 2008, attendent aujourd’hui de passer devant un tribunal. Pour éviter de réunir les magistrats de la Cour Anti terroriste pour une affaire de pétards et d’allume barbecue, il est à prévoir que ces cinq jeunes révolutionnaires risquent de se retrouver, on ne sait quand mais pas demain, dans le même box que Julien Coupat, « le cerveau ».

Et c’est ici que nous retombons sur la dernière battue de la traque, celle qui vient de conduire Coupat et ses amis, en prison. Les mises en examen des neufs de « la cellule invisible » n’a pas été une affaire simple. D’un côté nous avions MAM qui, peu soucieuse de respecter la présomption d’innocence, affirmait à Radio J « que les éléments de culpabilité étaient réunis pour accuser le groupe du sabotage des caténaires », une MAM aidée par le poids des mots du procureur Marin, et en face le juge Thierry Fragoli qui, visiblement, a lu des bouquins sur l’affaire des « Irlandais de Vincennes ». Un magistrat prudent qui n’a pas accepté de faire un show à la Bruguière. Heureusement, l’incrimination « d’association de malfaiteurs », cette originalité du droit français, qui permet elle de coller n’importe qui en prison, était là pour venir au secours du juge. Les neufs de la SNCF sont donc présumés coupables « d’association de malfaiteurs dans le but de commettre des actes terroristes »…

Puisqu’il faut bien reconnaître qu’en matière de preuves matérielles, dixit les avocats qui sont là pour ça, « le dossier est vide ». Et il est vrai que, pour placer les fameux étriers métalliques sur les caténaires des TGV à Pépy, il fallait emmancher l’étrier en question dans une perche d’au moins cinq mètres et que rien de semblable retrouvé par les enquêteurs. Par ailleurs, pour fabriquer le fameux piège, outre un savoir faire en métallurgie, il fallait une forge ou un chalumeau ainsi que du fer à béton et une disqueuse. La encore, c’est le bide.

L’accusation la plus déterminante a été recueilli selon un mode opératoire qui fait déjà bondir les avocats. Un personnage, disant être un « repenti » de la bande à Coupat s’est présenté dans une gendarmerie du Puy-de-Dôme. Il a expliqué aux pandores comment ses anciens amis voulaient changer le monde en pourrissant la SNCF… Le problème est que ce témoin capital est, et restera sans doute, anonyme puisque, à la suite d’une modification du code pénal, ce procédé qui rappel celui utilisé naguère par les Anglais contre les Nord-Irlandais, est maintenant admis.

JPG - 9 ko

La pièce qui sert à rompre les catenaires

Selon un avocat appelé à défendre l’un des membres de la bande à Coupat : « l’accusation est nue. Rien ne démontre la culpabilité de mon client ni celle de ses amis dans cette histoire de TGV. Ces mises en examen ne sont rien de plus que la sanction du délit d’opinion, et du droit à manifester. Une forme de Patriot Act à la française »… Pour connaître la vérité (ou à peu près), lire les journaux ne nous suffira pas. Il faudra sans doute attendre le moment d’un procès. Mais l’important est que la Section antiterrorisme du parquet de Paris, et son procureur Marin et sa MAM n’aient plus peur du noir.

16
Nov
08

Le comité de soutien sur France 2

Une reportage de France2 qui montre le soutien de celles et ceux qui connaissaient les prétendus terroristes :

15
Nov
08

Les «anarcho-autonomes», le fantasme du réseau et la réalité des écrits

Article Médiapart, par Jade Lindgaard :

– pour les abonnés : http://www.mediapart.fr/journal/france/121108/les-anarcho-autonomes-le-fantasme-du-reseau-et-la-realite-des-ecrits

– pour les non abonnés, l’article ci-dessous :

«Terroriste», «leader d’ultra-gauche», «illuminé»? Parmi les suspects arrêtés et placés en garde à vue, mardi 11 novembre, dans l’enquête sur le sabotage des caténaires de la SNCF, la police détient-elle un chef clandestin de la «mouvance anarcho-autonome»? Mercredi 12 novembre, les enquêteurs se montraient prudents sur les charges éventuelles pesant contre les dix personnes retenues, en l’absence de preuve matérielle les rattachant directement aux actes de malveillance sur les caténaires de lignes ferroviaires.

Mais sans attendre les résultats de l’enquête, les médias ont, dès l’annonce des arrestations par la ministre de l’intérieur, Michel Alliot-Marie, presque tous ouvert le procès de «la mouvance anarcho-autonome». Sous le feu croisé de leurs suspicions, une des personnes placées en garde à vue: Julien, 34 ans, parti vivre en Corrèze après un doctorat à l’Ecole des hautes études en sciences sociales (Ehess). Sous surveillance policière depuis plusieurs mois, il a été aperçu, selon les enquêteurs, en Seine-et-Marne, dans la nuit du vendredi 7 au samedi 8 novembre, aux abords d’une ligne TGV. En compagnie de son amie, il serait descendu de son véhicule et aurait observé les lieux avant de repartir. Suspecté de «terrorisme», sa garde à vue peut durer quatre jours, soit jusqu’au samedi 15 novembre.

Une de Libération, 12 novembre 2008.

«Mouvance anarcho-autonome», «ultra-gauche»: les mots utilisés par la police pour désigner le milieu dans lequel évolue Julien semblent le cantonner à un extrémisme idéologique nihiliste. En réalité, depuis quelques années, il élabore avec d’autres un travail intellectuel et politique qui lui a valu une modeste renommée, assez sulfureuse, dans les cercles intellectuels. Son coup d’éclat est, paradoxalement, parfaitement anonyme: avoir contribué à la rédaction d’un pamphlet néo-situationniste devenu un succès de librairie, L’Insurrection qui vient. Paru en 2007 aux éditions de la Fabrique, ce court livre est signé du nom d’un collectif imaginaire, «Le comité invisible». Ecrit depuis un point de vue de clandestinité, ce texte se présente comme sans auteurs: «Ses rédacteurs n’en sont pas les auteurs. Ils se sont contentés de mettre un peu d’ordre dans les lieux communs de l’époque, dans ce qui se murmure aux tables des bars, derrière la porte close des chambres à coucher.» Il n’a fait l’objet d’aucun contrat avec son éditeur. Aucun droit d’auteur ne doit être versé.

«On ne sait pas qui l’a écrit, ce n’est certainement pas le manifeste de leur groupe», met en garde Stéphane Passadeos, collaborateur d’Eric Hazan, le directeur de la Fabrique, injoignable mercredi matin car en déplacement à l’étranger. A ce jour, selon l’éditeur, l’ouvrage s’est vendu entre 6.000 et 7.000 exemplaires. Plus d’un an après sa sortie, il continue de trouver son public. Il est probable que personne n’en revendiquera la paternité. Son ton péremptoire et donneur de leçon en a énervé plus d’un. Son jusque boutisme a soulevé de vifs oppositions, et jusque dans l’entourage de l’éditeur, certains se sont inquiétés de «l‘irresponsabilité» du texte. Mais son audience, inhabituelle pour ce type d’ouvrage et pour son éditeur, est le signe d’une capacité à saisir une époque.

« Il n’y a pas d’insurrection pacifique »

Récit bien écrit, L’Insurrection qui vient se déroule en deux temps. D’abord, celui d’un constat sans pitié, souvent sarcastique, contre la société de consommation, son aliénation au marketing, sa dépendance aux technologies mais aussi contre le travail et le salariat. Il est particulièrement cruel à l’égard des altermondialistes, des écologistes et de la gauche «bobo» qui prétendent «gérer la sortie du nucléaire, les excédents de CO2 dans l’atmosphère, la fonte des glaces, les épidémies…» mais ne font qu’aider le capitalisme à se maintenir. Ensuite, le temps de la solution: celui de l’appel à l’insurrection, à la dissidence, et à la sortie du système, nourri de références aux assemblées générales révolutionnaires et à la Commune.

Une du Parisien, 12 novembre 2008.

Cette dernière partie prend très clairement le forme d’un mode d’emploi. On y lit notamment, dans le chapitre intitulé «S’organiser» : «Comment rendre inutilisable une ligne de TGV, un réseau électrique? Comment trouver les points faibles des réseaux informatiques, comment brouiller des ondes radios et rendre à la neige le petit écran?». Pour quoi s’en prendre aux lignes à grande vitesse? Parce que, selon le livre, «l’infrastructure technique de la métropole est vulnérable: ses flux ne sont pas seulement transports de personnes et de marchandises, informations et énergie circulent à travers des réseaux de fils, de fibres et de canalisations». Stopper le flux, bloquer la circulation : il s’agit de saboter«la machine sociale». Cela ressemble à une forme d’anti technologisme ou de neo-luddisme, du nom du mouvement de ses ouvriers qui cassaient leur machine pour protester contre les emplois et la technique que leur volait le progrès. Les rédacteurs du livre seraient-ils passés à l’acte?

Le livre est habité par la vision d’un soulèvement à la fois destructeur et rédempteur. Mais non sans ambiguïté. «L’insurrection qui vient est en partie métaphorique. Il n’y a pas d’insurrection pacifique, écrit le comité invisible, les armes sont nécessaires: il s’agit de tout faire pour en rendre l’usage superflu. Une insurrection est davantage une prise d’armes, une « permanence armée« , qu’un passage à la lutte armée.» On est loin ici d’un appel littéral à la militarisation des mouvements sociaux. Contrairement à ce que laisse croire la qualification d’«ultra-gauche», les influences théoriques sont diverses, puisant aux sources du marxisme, du situationnisme, du luddisme, de l’anarchisme.

Dissidence, désertion, nouvelles formes de vie: cette utopie de l’exil, Julien l’a mise en pratique en partant s’installer avec des amis dans un village corrézien. Ils y ont fondé une communauté autogérée, autonome, très secrète. Loin des éditeurs parisiens, des institutions savantes et des salles de rédaction. D’autres collectifs, en France, en Espagne, en Italie, en Allemagne, parfois tout autant nourris d’aspirations intellectuelles, parfois mus par un simple désir de se rapprocher de la nature et de vivre de la terre, ont eux aussi fait le choix d’une installation rurale.

Certains sont fils de la bourgeoisie intellectuelle. D’autres non. Leurs trajectoires reflètent des aspirations collectives, minoritaires, mais sources de débats dans des cercles qui dépassent le nombre de ces néo-ruraux, sur la sortie du capitalisme, le rejet du contrôle social, la rupture d’avec la société marchande, les préoccupations écologiques. Beaucoup parmi eux se connaissent, échangent par Internet, partagent des lectures, se retrouvent de manière ponctuelle sur des manifestations ou des actions de désobéissance civile. Ces réseaux informels sont par définition internationaux. Ils ne dessinent pas pour autant un maillage terroriste du territoire.

Que Julien et son groupe soient ou non poursuivis par la justice – mercredi soir, ils n’étaient toujours pas mis en examen par manque de preuve matérielle les liant aux faits –, la tempête médiatique qui a soufflé contre le spectre de l’ «ultra-gauche» témoigne de la fébrilité de l’époque. Elle révèle la difficulté des commentateurs à se défaire de la référence aux années 70 et leur usage non distancié de la notion de terrorisme.

<!–

–> <!–

–>

Liens:
[1] http://www.mediapart.fr/club/blog/jade-lindgaard
[2] http://www.mediapart.fr/journal/france/111108/sabotages-de-lignes-sncf-les-anarcho-autonomes-entre-violences-et-elucubration

15
Nov
08

La bataille du rail !

14
Nov
08

LA CRISE FINANCIÈRE ? C’EST LA FAUTE À L’ULTRA GAUCHE !!!!

Il fallait un ennemi qui fasse l’unanimité. Les Etats-Unis ont Al Qaida, la France aura dorénavant l’Ultra-gauche. Des terroristes indicibles, indétectables, surentrainés, des experts… des anarchistes !

27500 actes de malveillances en 2007 contre les biens et les installations de la SNCF. Mais ceux-là sont très particuliers, ils ont été réalisés par des experts. Des gens qui possédaient des manuels pour résister aux interrogatoires de la police, des gens qui se réunissaient en secret pour refaire le monde, qui lisaient des livres sur l’anarchisme et, comble de l’extrémisme… ils possédaient des ordinateurs ! Ils avaient même réussi à se faire apprécier de leur village. C’est dire…

Des spécialistes surarmés

Sur TF1, on détaille les techniques des terroristes à grand renfort de détails. Au péril de leurs vies, ils se hissent sur les caténaires à 7 mètres de hauteur sur un câble de 25000 volts, et y posent un crochet qui, au passage du TGV, arrachait tout sur son passage. Curieusement, la plupart des incidents sont décrits comme ayant été provoqués par des blocs de béton déposés sur la voie, mais l’enquête journalistique suit son cours. Sur France 2, on évoque un attirail impressionnant, découvert lors des perquisitions : des livres, des barres métalliques, des cagoules, des fumigènes, des gilets pare-balles, ou encore… des tiges de fer. Armés jusqu’aux dents !

Une nébuleuse internationale

Autre détail croustillant, sur France 3 : ils ont protesté contre le CPE ! Et les images violentes défilent à l’écran. Ils ont manifesté en Allemagne ! Et les images violentes défilent à l’écran. Ils ont défilé aux Etats-Unis devant une caserne militaire ! Et les images violentes défilent à l’écran. D’ailleurs, cette caserne a été la cible d’un attentat un mois après, bizarre… Autre détail très important, l’opération de sabotage a été saluée par un groupe libertaire est-allemand. La preuve !

… surveillée par la police et le FBI

On en appelle aussi à l’expertise des techniciens de la SNCF. Aucun doute, il s’agit de sabotage, si quelqu’un en doutait encore. On en appelle aussi à l’expertise des experts, aucun doute, l’ultra-gauche est dangereuse, car indépendante et hors de contrôle : anarcho-autonomes, selon le ministère de la Justice. D’ailleurs, de nombreux rapports des RG le soulignent : les gens dangereux sont dangereux. La presse se risque même à reproduire les propos d’Alain Bauer, spécialiste parmi les spécialistes, sarkozyste parmi les sarkozystes, qui ose un rapprochement avec le groupe terroriste “Action Directe”. Sur France 3, Michèle Alliot-Marie déclare que ces gens étaient sous surveillance depuis longtemps, qu’ils ont été vus à proximité de voies TGV, que des rapprochements ont été faits, qu’ils étaient aussi sous surveillance du FBI, etc. La police et le FBI les auraient donc laissé faire ? “Il s’agissait donc bien d’actes de terrorisme” conclut le journaliste. CQFD.

Jugement sans appel d’une habitante de Tarnac : “On n’imaginait pas qu’ils étaient à la limite du terrorisme. Vous savez, les RG, en général, ils ne font pas de descente pour rien“… Tout est dit. Mais à chaque fois, après ce déferlement de témoignages à charge, un journaliste conclut le reportage, devant un bâtiment officiel orné de drapeaux tricolores, par une résurgence d’esprit journalistique : “on ne sait pas grand chose, il n’y a pas de preuve”. Ce qui a été confirmé par plusieurs sources judiciaires. Aucune preuve. Rien… au moment où l’on vous parle.

Une enquête ? Quelle enquête ?

Pire, même. Selon une information Europe 1, les dix gardés à vue n’ont pas été interpellés dans le cadre de l’enquête sur les sabotages de la SNCF, mais dans celui d’une enquête préliminaire ouverte le 16 avril par le parquet anti-terroriste. Cette enquête vise aujourd’hui à établir leur rôle dans des violences qui ont eu lieu lors de manifestations à Vichy début novembre et à Thessalonique début septembre. SNCF : “donner au train des idées d’avance“, dit le slogan, et aux journalistes, aussi…

Et si on trouvait des traces d’un compte bancaire, on pourrait aussi les accuser d’avoir fomenté la crise financière ? Les journalistes veillent au grain…

http://www.lesmotsontunsens.com/ultra-gauche-enquete-police-relaxe-innoce




décembre 2017
L M M J V S D
« Déc    
 123
45678910
11121314151617
18192021222324
25262728293031

Blog Stats

  • 70,477 hits