16
Nov
08

Arrêtez-nous, nous sommes des terroristes de l’ultra-gauche !

Nous aussi, nous avons manifesté dans notre vie,
Nous avons même manifesté contre la guerre et pour la paix dans le monde,
Certains d’entre nous ont même manifesté à l’étranger, et certains aux Etats-Unis,

Nous aussi, nous habitons ou aimerions habiter un village de 300 habitants,
Nous avons même imaginé vivre et habiter à la campagne et devenir épiciers,
Certains d’entre nous aimeraient reprendre une vieille ferme et planter des carottes,

Nous aussi avons des ordinateurs portables et des connexions Internets,
Nous avons même créé des blogs politiques et associatifs,
Certains d’entre nous connaissent même des sites libertaires ou anarchistes,

Nous aussi, nous possédons une carte des chemins de fer et destinations de la SNCF,
Nous avons, pour les plus jeunes, une carte 12-25 ans pour voyager moins cher,
Certains d’entre nous ont même été importunés par les voies ferrés dans leur promenade du dimanche,

Nous aussi, nous avons des livres à la maison,
Nous avons même des livres politiques qui expliquent comment renverser le système capitaliste,
Certains d’entre nous ont même écrit des livres subversifs expliquant comment organiser une action militante

Nous aussi, nous aimons la nature,
Nous avons même toutes et tous pensé faire de l’escalade pour profiter des paysages de montagne,
Certains d’entre nous ont même, dangereux qu’ils sont, des mousquetons et un casque d’escalade,

Nous aussi, nous sommes allés à l’école,
Nous avons même essayé de faire des études, voire beaucoup d’études,
Certains d’entre nous ont même obtenus leur diplôme BAC+5.

Nous sommes toutes et tous des terroristes de l’ultra-gauche : Arrêtez-nous !


48 Responses to “Arrêtez-nous, nous sommes des terroristes de l’ultra-gauche !”


  1. novembre 17, 2008 à 00:54

    Super ce texte… Vous m’en voulez si je le reprend sur mon blog???
    Merci d’avance.

  2. 2 olympedeuxgouges
    novembre 17, 2008 à 14:33

    Non, nous ne vous en voudrons pas ! N’hésitez pas à le relayer aussi largement que possible !

  3. 3 ly
    novembre 17, 2008 à 18:38

    MERCI JE L IMPRIME ET L AFFICHE; OUF CA FAIT DU BIEN!!!!!!!!!!!!!
    une pensée pour ces amoureux de la liberté emprisonnés…….mais quoi faire?

  4. 4 olympedeuxgouges
    novembre 17, 2008 à 18:45

    Que chacun fasse un peu, dans son coin… en reprenant ce texte ou un autre !

  5. novembre 17, 2008 à 19:42

    merci pour ce texte , je fais suivre … bien à vous

  6. 6 alter
    novembre 17, 2008 à 20:50

    Moi aussi alors, je suis un terroriste d’ultra-gauche ! Quelle nouvelle !!!

    Dans mon garage, j’ai encore casque, piolet, mousquetons, corde du temps où la grimpe me branchait (dois-je vite fait les porter à la déchetterie ?).
    En son temps et parfois encore maintenant je fais des manifs, tout ce qu’il y a de plus pépère quand même ; par contre, je suis maintenant un cyberpétitionnaire hyperactif (est-ce grave docteur ?).
    Et fait aggravant, j’adore voyager en trains et aussi les regarder passer : normal pour un fils et petit-fils de cheminot (qu’a mal tourné car je n’ai pas voulu suivre la voie SNCF).
    Et j’y pense, il me reste quelques bouquins à ne pas mettre entre toutes les mains (et je n’ai pas de cheminée pour les bruler).
    Et je ne vous parle pas du cousin viticulteur qui est bio à fond, sait un peine utiliser un ordi et un portable ………
    J’en informe vite mes enfants en leur faisant suivre votre texte car ça craint pour eux aussi (carte 12-25, voyages à l’étranger, étudiants aux longs cours, manifs, etc…).

    Au secours, j’ai peur de cauchermarder cette nuit avec les fantômes de Marcellin, Debré (le père) et « cons »sorts. Putain, ça me rajeunit pas.
    Y a pas une p’tite pétition à signer pour me soulager ?

  7. novembre 18, 2008 à 00:11

    Moi aussi je suis un terroriste ultragauche, récidiviste, depuis 43 ans et j’ai lu « L’insurrection qui vient » (elle tarde, en fait), publié à La Fabrique chez Eric Hazan et même je possède une lampe frontale pour faire du vélo, c’est plus que louche, non?
    Et si je ne m’étais pas trompé d’heure, j’aurais été au bord d’une voie ferrée, à Hoenheim pour voir passer pour la xième fois, les Castors en transit vers l’Allemagne, qui ont d’ailleurs été bloqués plusieurs heures, pr d’autres terroristes teutons à lauterbourg,sans que Mme Alliot-Marie n’en fasse tout un plat à la télé. C’est du racisme ou quoi? les Alsaciens sont aussi des Français, Gottverdami!

  8. 9 emachede
    novembre 18, 2008 à 06:43

    ça va en faire du monde en prison pendant le règne du Nicolas😉
    Comme quoi la réalité dépasse tristement la fiction.

    Et avoir un ordinateur voire 2 peut être 3, et s’en servir pour blogger, voire écrire sur des blogs politiques, c’est légal ou pas?

  9. novembre 18, 2008 à 10:01

    Et moi, pas plus tard qu’hier soir, j’ai chanté à ma petite fille âgée de huit jours « La java des bombes atomiques » de Boris Vian, elle m’a semblé y prendre un plaisir extrême quoique discret.

    Je vous rappelle quelques lignes de ce chef d’oeuvre:
    « Et quand la bombe a explosé,
    De tous ces personnages
    Il n’en est rien resté »

    Ainsi que sa conclusion:
    « En détruisant tous ces tordus
    Je suis bien convaincu
    D’avoir servi la France »

    Je suggère donc mon arrestation immédiate, celle de ma petite fille corrompue dans l’oeuf par une grand mère indigne, et bien entendu, celle de Boris Vian!

  10. novembre 18, 2008 à 15:37

    ok moi aussi j’adhere a ce texte et je fais suivre

  11. 13 oum-er-bia
    novembre 18, 2008 à 17:37

    Super quel texte mais ça commence à faire peur. J’ai bac +5 je fais un doctorat en science politique sur les politiques sociales et la notion d’Etat, mes enfants sont nés à la maison mauvaise graine qui dès la naissance ont échappé à l’institution aux pédiatres, aux vaccins à gogo à Neslé et pampers, et qui ont pour la première rencontré Jean Leca et suivi un colloque sur la citoyenneté, qui a été bersé par un semestre de cours de science pô à la fac, et qui ont continué avec l’IEP pour les deux suivants ( aï la DDASS rique de me les retirer pour mauvais traitement et désocialisation ). Je lis chomsky, toni Negry, joseph Stinglitz et tant d’autres, je suis abonnée à politis, j’écout Daniel Mermet, je signe des pétitions….. J’ai grandit dans un hameau de 6 personnes à 3 kilomètres du premier village qui ne dépasse pas les 500 habitants par des 68tards qui ont fuit la ville. Je consomme via AMAP coopératives et magasin Bio, je chine troque et fais les poubelles…. c’est grave tout cela???? Je crois que mon cas est irrécupérable. Enfin, mieux vaut vivre à la marge que mourir au milieu
    courage

  12. 14 oum-er-bia
    novembre 18, 2008 à 17:39

    Super quel texte mais ça commence à faire peur. J’ai bac +5 je fais un doctorat en science politique sur les politiques sociales et la notion d’Etat, mes enfants sont nés à la maison mauvaise graine qui dès la naissance ont échappé à l’institution aux pédiatres, aux vaccins à gogo à Neslé et pampers, et qui ont pour la première rencontré Jean Leca et suivi un colloque sur la citoyenneté, qui a été bersé par un semestre de cours de science pô à la fac, et qui ont continué avec l’IEP pour les deux suivants ( aï la DDASS rique de me les retirer pour mauvais traitement et désocialisation ). Je lis chomsky, toni Negry, joseph Stinglitz et tant d’autres, je suis abonnée à politis, j’écout Daniel Mermet, je signe des pétitions….. J’ai grandit dans un hameau de 6 personnes à 3 kilomètres du premier village qui ne dépasse pas les 500 habitants par des 68tards qui ont fuit la ville. Je consomme via AMAP coopératives et magasin Bio, je chine troque et fais les poubelles…. c’est grave tout cela???? Je crois que mon cas est irrécupérable. Enfin, mieux vaut vivre à la marge que mourir au milieu
    courage

  13. 15 sophie.L
    novembre 18, 2008 à 18:24

    Au sujet des anarcho-autonômes

    Je suis une femme de 55 ans, j’ai fait partie de la génération des rêves de 68. A 17 ans, j’ai pris le large pour vivre dans une communauté anarchiste dans le Tarn. J’y ai rencontré des ex citadins venus des barricades, pourtant non-violents qui partageaient tout : amitié, salaires, culture biologique, éducation des enfants. Alors j’ai compris que du plus loin qu’il m’en souvienne, je suis anarchiste.
    Ces personnes ont forgé mes valeurs philosophiques, humanistes, solidaires, et non violentes. Elles ont aussi forgé mon libre-arbitre, ma force de dire « non » à ce qui heurte ma conscience, ma dignité et celle des autres. Pour cela je n’ai jamais eu besoin d’appareils, ou d’organisation …Je comprends que face à des appareils où des partis qui s’entre déchirent et ne sont attirés que par la soif du pouvoir des jeunes s’organisent entre eux sur des bases de confiance réciproque et d’autonomie. Ils craignent d’ être nivelés par le bas ou manipulés.

    Mon choix a été différent en terme de syndicalisme et d’organisation, car la force collective ma paraît nécessaire pour organiser les luttes, et je me sens à l’abri de toute manipulation.
    Donc je suis entrée en résistances, face à un monde devenu de plus en plus inégalitaire, qui accumule les profits, brise les vies, et produit sciemment de la misère sociale.

    Je fais partie des « bac plus 5 », car je me suis passionnée pour la Sociologie. L’intitulé du diplôme promettait une ascension dans la hiérarchie, mais le pouvoir ne m’a jamais intéressée, découvrir les clés des phénomènes sociaux me suffisait amplement.
    L’accès à cette réflexion m’a encore davantage radicalisée. Je reconnais avoir commis auparavant et depuis tous les délits d’opinion, avoir participé à un maximum de manifestations, je reconnais lutter pour la suppression des centres de rétention, et être solidaires des sans-papiers.
    Je reconnais avoir participé en 2002 à une manifestation pacifique contre la venue de Jean-marie Lepen qui organisait un repas festif avec ses amis dans une des principales salles de ma ville, entre les deux tours des élections, car je m’insurge contre le fascisme. Lors de cette manifestation les environs étaient protégés par les CRS,nous n’avons pas forcé les cordons. Nous avons cependants été chargés, gazés, et j’ai eu si peur que j’ai cru finir dans la seine !Les plus jeunes d’entre nous ont été arrêtés, gardés à vue, maltraités. L’un d’entre eux a été « libéré » pieds nus, pour l’humilier !
    Il y a eu d’autres manifestations, celles contre le CPE, violentes !! surtout violentes lorsque des mères de familles avec des jeunes enfants se sont fait gazer par les forces de l’ordre en plein après midi dans la rue principale de ma ville ! Je continuerai à manifester, à faire grève, à m’insurger. Je continuerai à faire grève pour que le code du travail ne finisse pas à la poubelle, en même temps que la sécu et les retraites…je continuerai a manifester. pour que les hommes et les femmes soient traités dignement, quelle que soit leur condition, la couleur de leur peau, qu’ils aient des papiers ou non, qu’ils soient libres ou incarcérés.
    Qui subit la violence ? dans une manifestation ce ne sont pas les jeunes même agités qui me terrorisent, c’est la peur d’être de nouveau gazée lors d’une charge de CRS, c’est de penser que certains d’entre nous pourraient risquer leur vie à cause de violences policières devenues de plus en plus redoutables, grâce à l’équipement en Taser., tandis que d’autres pourraient être inculpés « d’outrages à agents » voire de terrorisme sans l’ombre d’une preuve ! Je reconnais avoir lu et diffusé la brochure concernant la conduite à tenir lors d’une garde à vue car il y a des arrestations arbitraires lors des manifestations et des manifestants sont criminalisés alors que manifester est un droit fondamental en France.

    Lorsque j’ai appris que ces jeunes, vivaient de façon communautaire, moi qui pensais que les communautés étaient reléguées au temps de mon adolescence, et survivaient dans mon cerveau utopiste, j’ai pensé« chapeau-bas »
    Ces prétendus « anarcho- autonomes » terme produit directement par l’intoxication d’un pouvoir pré-totalitaire et repris par certains médias à sa solde, sont de drôles de terroristes ! où plutôt les boucs émissaires d’un Etat policier qui ne voudrait voir se profiler qu’une seule tête à cheveux ras de préférence. Ils auraient eu du « matériel » chez eux. Je porte toujours un couteau suisse sur moi, j’en conclus que demain je pourrais être inculpée d’assassinat à l’arme blanche, de la même manière que ces jeunes seraient des « terroristes potentiels ». Cette justice prédictive est détestable et arbitraire, elle est issue de la même logique prédictive que le fichage de délinquants potentiels âgés de… trois ans. Je considère que nous devons lutter contre elle. De la même manière nous devons pratiquer la désobéissance civile à l’égard de la délation vis à vis de quiconque !

    Ce qui doit être dénoncé c’est cet état policier implacable, prêt a utiliser les moyens les plus nauséabonds pour faire taire nos différences de pensée, de mode vie, notre créativité individuelle et collective. Ce que nous devons défendre c’est notre liberté de construire le mode de vie que nous avons choisi.

    Sophie.L

  14. novembre 18, 2008 à 19:35

    contacter nous svp🙂
    important !!

  15. 17 olympedeuxgouges
    novembre 18, 2008 à 21:35

    A dissent :

    Pour quelle raison ?

  16. novembre 18, 2008 à 21:40

    Je n’habite pas à la campagne, mais à Paris 20e, où a été arrêtée une personne le 11 novembre.
    Je suis encerclé par des épiciers, certains d’origine maghrébine, d’autres d’origine asiatique.
    Ce soir, ça a donné ceci :
    http://menilmontant.numeriblog.fr/mon_weblog/2008/11/attentats-dans.html
    que j’ai pu vérifier en rentrant d’une réunion avec des élus.
    Dois-je craindre quelque chose, après avoir lu ce joli texte ?

    Ces arrestations sont d’autant plus idiotes que, en février 2007, j’avais publié ceci :
    http://menilmontant.numeriblog.fr/mon_weblog/2007/02/la_fabrique_ent.html
    faisant référence à un livre daté de… 1999 écrit (entre autres) par un des épiciers du coup de Tarnac…

    Mourir pour des idées, d’accord, mais de mort lente !

  17. novembre 19, 2008 à 12:14

    Oui,

    On va même se remplir des cahiers de doléances avec nos blazese t se rassembler en états généraux début mai 2009 pour que vous puissiez faire un gros coup de filet😉

    http://www.etatsgeneraux2009.fr

  18. novembre 19, 2008 à 12:30

    Je réclame également le privilège d’être arrêté, ultra gauchiste que je suis !

  19. 21 ly
    novembre 19, 2008 à 22:42

    très cher Olivier, toi tu es grillé depuis longtemps!!! c’est seulement pour avoir ton excellentissime livre à la maison qu’on risque d’y passer bientot!! gauchiste va!!!le combat continue! merci à vous tous courageux, indispensables et incorruptibles étendards de nos libertés!

  20. 22 GM
    novembre 19, 2008 à 23:24

    Moi aussi je suis de l ultra gauche et ferait tout pour combattre ce pouvoir d ultra droite qui vole les enfants, les jeunes, les travailleurs, avec un salaire au seuil de la misère pour un grand nombre , les vieux après une vie de travail, et se distribue ensuite le résultat de leurs larcin avec arrogance et mépris.
    Jamais la France avait connue une telle régression sociale .

    S

  21. 23 renée
    novembre 20, 2008 à 22:29

    Ça devient un poil compliqué de passer au travers des mailles du filet. Rien qu’en faisant l’inventaire de ma bibliothèque et de ma cabane de jardin, je me retrouve dans le ciblage.
    Parlons pas de l’ordi où se déverse toute la ci devant prose subversive…
    Tous coupables, forcément ! Et même si on ne se situe pas dans « l’ultra gauche »…
    Les terroristes pépères qui nous fabriquent des salades toxiques en dévalisant les jardineries, on en fait quoi ? Va falloir prévoir des unités d’incarcération gériatriques…

  22. 24 Franca
    novembre 20, 2008 à 22:29

    ne faudrait-il pas transformer le texte en pétition que nous signerions tous ?
    y

  23. 25 Franca
    novembre 20, 2008 à 22:32

    ne faudrait-il pas transformer le texte en pétition que nous signerions tous ?
    y a-t-il une mailing liste qui donne des infos sur la situation et le moral des prisonniers ?
    ne faudrait-il pas faire des rassemblements régulier en soutien ?
    courage à tous

  24. novembre 20, 2008 à 23:00

    Le terrorisme existe la première fois que j’ai compris d’où il pouvait venir c’est en regardant une, deux, trois, quatre fois de suite « Brazil »

    Lyndon LaRouche explique d’où viendra vraiment le terrorisme
    et l’on comprend pourquoi les états s’outillent de personnes de prisons et de lois ad hoc.

    http://www.garde-a-vue.com/article-24903088.html

  25. novembre 21, 2008 à 08:06

    Je suis un simple anti-capitaliste primaire. Est-ce que vous croyez que c’est suffisant pour être dans le « who’s who’s » des terroristes. Où faut-il encore dire quelques méchancetés contre nos chers dirigeants? Cordialement Henri Cron, 68100 Mulhouse

  26. novembre 21, 2008 à 14:03

    Qui sont les terroristes ? Penser peut-il faire dérailler le pouvoir ?

    L’offensive médiatico-politique sur de prétendus groupes terroristes invisibles de l’ultra gauche anarcho-autonome bat son plein, justifiée par les derniers sabotages de voies ferrées. Au fil des jours, l’affaire a pris une importance démesurée venant jusqu’à mettre en cause la sécurité de l’état. Cela pourrait prêter à rire si derrière cette mascarade politico-judiciaire se profilait l’ombre de la guerre totale menée contre les exploité(e)s de tout peuple.

    Deux raisons essentielles à cet acharnement, d’un côté, l’État et les dominants, par le biais de leur chef suprême, qui avaient clairement annoncé qu’en France, il n’y avait plus de grève ni de grands mouvements sociaux, sous entendant que vous pouvez user les pavés en défilant mais qu’État et patronat s’en moquent, s’exposant donc ainsi à la remise au goût du jour du vieille outil du syndicalisme révolutionnaire, le sabotage, et de l’autre, l’état tentant par tous les moyens de criminaliser l’opposition au capitalisme.

    Pourquoi s’en prendre aux jeunes radicaux de Tarnac ? Après le CPE, l’État a pris acte de la nouvelle donne politique. En effet, une fraction des manifestants avait décidé de remettre à jour l’auto-organisation collective et de la concrétiser dans l’acquisition de lieux, comme la ferme où ont été arrêtés les jeunes de Tarnac. Refusant l’affiliation aux organisations classiquement légalistes citoyennistes, ces jeunes radicaux semblent une menace indéfinissable pour l’état qui ne peut le tolérer. Il fallait donc stigmatiser. L’enquête se transforme en affaire de sécurité nationale par la qualification suprême de terrorisme. Il faut un chef, on en trouve un afin de réduire ce groupe radical au schéma classique de certains groupes combattants !

    La tournure des évènements peut rappeler l’affaire Colonna, condamné avant même d’être jugé. D’autre part, les preuves semblent légères, reste la radicalité affichée, un crime terroriste aux yeux du pouvoir. Celui-ci ne fera pas dans le détail face aux soupçons de sabotage des flux économiques, talon d’Achille de la société moderne.

    Anaram Au Patac ne peut rester indifférent et soutient les camarades embastillés pour leurs idées. Conscient que le système a déjà bien expérimenté l’éradication de toute forme d’opposition légale ou non, la stigmatisation des formes directes de résistance comme au Pays Basque ou en Palestine, AAP reste solidaire des victimes du rouleau compresseur capitaliste, AAP affirme son soutien aux jeunes radicaux inculpés de Tarnac.

    Anaram Au Patac

    [->http://anaramaupatac.blogspot.com/%5D
    Qui son los terroristas ? Pensar e pòt har desralhar lo poder ?

    L’ofensiva mediatico-politica contra pretenduts grops terroristas invisibles de l’ultra esquèrra anarco-autonòma qu’esglaisha tot, justificada peus darrèrs sabotatges de camins herrèrs. Au long deus dias, l’ahar que prenó ua importància de las desmesuradas en arribar dinc a miaçar la seguretat de l’Estat. Aquò que poderé har arríder se au darrèr d’aquesta pantalonada politico-judiciària ne pareisheré pas l’ompra de la guèrra totau miada contra los espleitat-das de cade pòble.

    Duas rasons essenciaus ad aquesta ràbia, d’ua part, l’Estat e los gavidaires, peu biaish deu lor capdau suprème, qui avè clarament anonciat qu’en França, ne i avè pas mei nada cauma ni tanpòc movements sociaus grans, en sosenténer que podetz usar los pavats aus passacarrèras, mes Estat e patronat que se’n trufan, en expausà’s atau a la remesa au gost deu dia deu vielh utís deu sindicalisme revolucionari, lo sabotatge, e d’auta part, l’Estat qui tempta peus tots mejans qui’s pòden de criminalizar l’oposicion au capitalisme.

    Perqué se’n préner aus joens radicaus de Tarnac ? Arron deu CPE, l’Estat que prenó acte de la navèra dada politica. Atau, ua fraccion deus manifestants que decidín de hicar au dia l’auto-organizacion collectiva e de la concretizar dab l’aquisicion de lòcs, com la bòrda on estón arrestats los joens de Tarnac. En arrefusar l’afiliacion a las organizacions classicament legalistas ciutadanistas, aqueths joens radicaus que semblan ua miaçada indefinissabla tà l’Estat qui n’ac pòt pas tolerar. Que calè donc estigmatizar. L’enquèsta que vad un ahar de seguretat nacionau dab la qualificacion suprèma de terrorisme. Que cau un gavidaire, que’n tròban un entà redusir lo grop radicau a l’esquèma classic d’uns grops combatents !

    Las hèitas que pòden tornar brembar l’ahar Colonna, condamnat abans d’estar sonque jutjat. De mei, las pròvas que semblan de las leugèras, demora la radicalitat muishada, un crime terrorista entau poder. Aqueste ne harà pas nat detalh cap aus suspicions de sabotatge deus flux economics, talon d’Aquiles de la societat modèrna.

    Anaram Au Patac ne pòt pas demorar indiferent e que sostien los camaradas embastilhats pr’amor de las lors ideas. Conscient que lo sistèma a dejà pro experimentat l’eradicacion de tota fòrma d’oposicion legau o non pas, l’estigmatizacion de las fòrmas dirèctas de resisténcia com au Bascoat o en Palestina, AAP que demora solidari de las victimas de l’andadassa capitalista, AAP que s’afirma lo sostien aus joens radicaus inculpats de Tarnac.

    Anaram Au Patac

    [->http://anaramaupatac.blogspot.com/%5D

  27. novembre 22, 2008 à 06:28

    BASTA YA!

    STOP A LA MENACE D’UNE DICTATURE REACTIONNAIRE DE DROITE CAPITALISTE
    QUI MENACE NOS LIBERTEES FONDAMENTALES, DE PENSEES! D’OPINION!
    LA DEMOCRATIE EST EN DANGEE! LIBEREZ LES OU NOUS REPRENDRONS
    LE COMBAT POUR EUX ET CONTRE LA DEBILOCRATIE DE DROITE!
    ILS N’ONT FAIT DE MAL A PERSONNE! C’EST DEGUEULASSE! REGARDEZ VOUS DANS LA GLACE
    AVANT DE LES CONDAMNER!
    DAVID UN PARTISANT CORREZIEN!

  28. novembre 22, 2008 à 09:09

    Une adresse à avoir,

    Julien COUPAT
    N° d’écrou 290173
    42 rue de la santé
    75014 PARIS.

    SNCF TARNAC

    N’oubliez pas ces jeunes, ils sont victimes de délit d’opinion.
    Sur les faits qu’on leur reproche, aucune preuve, rien…
    Pour nos enfants, pour la justice et le droit, contre les fourberies et les insultes aux droits de l’homme, ECRIVEZ A JULIEN , un petit mot sympa suffit, ne parlez pas de l’affaire, la censure veille.
    Merci pour eux merci pour nous, Serge k

  29. novembre 22, 2008 à 10:53

    ya pas de victimes cé quoi cet innocentisme larmoyant!!! Un systeme repressif réprime un point c’est tout. écrire une carte postale ok sinon ça prend 1 mois avant qu’il ne reçoive une lettre. Un message plus court gueuler dans la rue d’à coté ya de la place!!! enfant justice droit cé quoi ce mélange cé quoi ce rapport? humanisme droitdel’hommisme et puis quoi encore!Si pour l’Etat,l’heure est à l’offensive avec le tout sécuritaire,c’est pour répondre aux impératifs économiques mondiaux du capital.Ce systéme ne peut étre réformé il doit etre détruit. Les droits de l’homme (et de la femme) cé qu’un concept virtuel et vide destiné à faire prospérer l’apathie et la résignation ou à justifier un systéme bourgeois humaniste. Courage à Julien et aux autres emprisonnés oubliés pour l’heure! Pacotille

  30. 32 baylion
    novembre 22, 2008 à 10:54

    Julien ,
    La prison ne sert qu’à renforcer nos convictions, et elle concrétise la guerre sociale en cours,
    la solidarité oui , donne l’air et scie les barreaux

  31. novembre 22, 2008 à 11:55

    Il est temps que se réveillent les nouveaux partisans! La guerre est déclaré : maintenant ils nous arrêtent pour nos idées, c’est le grand retour du vichysme donc du fascisme.
    No pasaran!

  32. 34 Alice
    novembre 22, 2008 à 20:18

    Bienvenue au club, julien; au pays basque ça fait des décennies qu’ils arrêtent les jeunes pour leurs idées, et que partout en France on n’y voit que du feu. Terroristes? que nenni, ce sont juste des jeunes qui ne pensent pas « politiquement correct ». La nouveauté des derniers mois, c’est qu’ils arrêtent aussi des septuagénaires voire des octogénaires… Ils relachent rapidement les anciens, avant que la presse ne s’empare de l’affaire, par contre ils gardent parfois les jeunes un an avant de les relacher sans jugement et en leur interdisant de rentrer au pays basque. Alors, bon courage à Julien et à tous ses amis, et ne comptez pas trop sur la presse, il y a longtemps qu’ils ont choisi leur camp

  33. 35 olympedeuxgouges
    novembre 22, 2008 à 21:50

    A Franca :

    Une pétition à signer ? Oui pourquoi pas… mais sans doute est-ce au comité de soutien de lancer une telle pétition ? NON ?

    Une liste d’infos ? Je ne crois pas qu’elle existe…

    Les rassemblements de soutien ? Je crois que certains se préparent… plus d’infos bientôt sur ce blog !

  34. novembre 23, 2008 à 00:14

    Vous êtes vraiment troublants, je vous file une adresse pour écrire à Julien et personne ne reléve. Ecrivez lui, qu’il ne se sente pas oublié dans un premier temps, pour que l’accusation se dégonfle encore plus, et beaucoup plus simplement, pour faire respecter le droit.

    C’est un papy de 57 ans qui vous le dit, avec un passé qui a quelques analogies avec ce qui arrive à vos potes, bougez vous, ECRIVEZ ECRIVEZ ECRIVEZ.

  35. 37 baylion
    novembre 23, 2008 à 09:09

    Le soutien peut prendre forme en acte concret, les pétitions l’état s’en moque,vivre le communisme en acte voilà ce que l’état ne supporte pas. A Tarnac comme ailleurs !!!
    Julien , la chape de plomb n’est pas encore retombée

  36. novembre 23, 2008 à 18:19

    Voila, moi aussi j’ai rejoint la communauté des dangereux terroristes de l’ultra gauche.

    D

  37. 39 folle avoine
    novembre 24, 2008 à 06:38

    parfait, ce texte… ferait une superbe pétition ! Si vous lancez ça je signe des deux mains, et je fais suivre🙂

  38. 40 folle avoine
    novembre 24, 2008 à 07:01

    hum. J’aurais pu lire les réactions avant de poster… N’empêche, je suis pas sûre que le pouvoir s’en tape tant que ça, et un texte proposé comme pétition circule mieux qu’en simple lecture, c’est bête mais c’est comme ça.

    à qui revient l’initiative ? à celui qui le décide, il me semble… ça fait un moment que je réfléchis à cette idée, mais comment faire mieux que ce texte ? Puis un site est peut-être plus opérationnel qu’un individu lambda, pour ce genre de truc…

  39. 41 LN66
    novembre 24, 2008 à 10:17

    Ils sont 5 à être derrière les barreaux, privés de liberté pendant combien de mois ? …
    Envoyer une carte à Julien Coupat c’est sympa mais les 4 autres ?
    On dit il n’y a pas de chef, n’empêche, les 4 autres sont dans l’anonymat le plus total et peut-être que ça leur plairait aussi de sentir la solidarité du dehors …

  40. 42 jfbobi
    novembre 25, 2008 à 22:02

    l’ultra gauche aux anars gloutons enrichis tache plus noir que noir!
    vous achetez un pain à l’épicerie du coin et en fait vous vous retrouvez soutien financier de l’Antifrance. Que fait Super Dupond? Même le Kärcher ne suffit pas pour nettoyer tout ça.
    Qu’avez-vous à déclarer? Rien! tout dans la tronche! Comment vous nommez vous? MARX! prénom? Harpo! Groucho! Zepo! Tous nous combattrons pour Freedomia!
    et si après l’extrême droite on inventait « l’ultra droite », tous ceux qui ne se réclament pas de « la droite » et qui n’hésitent pas à écraser tout ce qu’ils peuvent pour se faire du pognon et du pouvoir. On va encore dire que les extrêmes se rejoignent parce qu’eux aussi refusent l’ordre et les réglementations de la finance. Ils ont les canons, il leur manque les couteaux… pour trancher le pain de l’amitié

    dans la famille Tartuffe, je demande Michel Onfray qui ne supporte pas qu’on prenne des usagers « en otage » par des sabotages, sans savoir d’où ils viennent, mais adoptant d’emblée la thèse policière. De là à imaginer qu’il souhaite aussi des grèves qui ne nuisent qu’aux patrons sans troubler les usagers… Encore un effort et tu l’aura ton poste Ministre de l’Education Nationale camarade « libertaire »…
    En parlant de canons… faudra que j’en ressorte de derrière les fagots, un p’tit Jura, pour fêter votre libération

  41. novembre 30, 2008 à 17:23

    Je partage l’indignation devant le sort qui est fait par le gouvernement aux arrêtés de Tarnac. Je comprends la nécessité de s’élever vivement contre de telles manières de traiter les gens. Mais je suis surprise que les détériorations de voie ferrée qui ont eu lieu, quels qu’en soient les auteurs, ne donnent pas lieu à davantage de débat sur la justification et l’intérêt que présente aujourd’hui ce type d’actions. Face à l’impudence d’un gouvernement et, au-delà d’un gouvernement d’une classe dominante, qui va dans le sens du démantèlement du service public et de l’aliénation de tout un chacun aux moyens de vivre les plus coûteux, je trouve réconfortant que certains décident d’exprimer leur colère par des actes de cette sorte, et je suis prête moi-aussi à réfléchir à des actions de ce type et à m’y engager, pour peu qu’elles ne mettent pas en danger la vie des gens. Honte à cette politique ferroviaire qui après avoir démantelé tout le réseau des petites lignes ne jure plus aujourd’hui que par les TGV, des trains certes utiles mais au nom desquels on a fait disparaître un réseau de trains plus lents, qui desservaient un grand nombre de gares, évitant ainsi l’utilisation de la voiture et offrant d’autres possibilités comme celles de voyager de nuit sur de grandes distances… L’article d’André Gorz, « « L’idéologie sociale de la bagnole, accessible en ligne à l’adresse : http://www.worldcarfree.net/resources/freesources/ideoloch.htm
    fournit des éléments pour réfléchir sur ce point.
    Face au mépris du bien commun qui domine aujourd’hui dans les agissements des gens au pouvoir je me sens du côté de ceux qui s’en prennent aux TGV et j’espère que nous sommes nombreux.

  42. 44 Framboise
    décembre 1, 2008 à 18:30

    J’ai manifesté des centaines de fois dans ma vie.
    J’ai manifesté contre le FN, contre le racisme, pour la paix.
    J’ai manifesté contre les CRA (centres de rétention administrative pour les sans-papiers)
    J’ai soutenu les sans-papiers.
    Je manifeste régulièrement pour la libération des prisonniers d’Action Directe.
    Je participe très souvent à des soirées dans des lieux « alternatifs » truffés d’ultra-gauchistes.
    Je lis des livres subversifs édités chez Libertalia.
    Je lis CQFD, Plan B, la Barricata.
    J’habite à proximité d’une gare.
    Je suis incapable de me servir d’une arme, mais c’est très secondaire.
    A cause de moi, ma fille de 20 ans écoute régulièrement Pigalle et Boris Vian, les Dead Kenedys et autres Brigada Flores Magon.
    Je suis une dangereuse terroriste.
    Arrêtez-moi !

  43. 45 loufer
    décembre 30, 2008 à 13:38

    parce ue j ai passer dix ans de ma vie dans l armee,j ai apris que tous n etions pas loges a la meme enseigne.et que meme dans ce petit monde cloitre on reproduit le monde capitaliste qu on tente de nous faire avaler.fils d ouvrier tu seras au service des fils d officier et tu resumeras ta carriere a leurs servir du cafe….j ai quitter et j en suis bien content.terminer desormais de ceder a leurs capices…mais il y a pire,ce lever le matin et faire un travail arrassant pour gagnier une misere et devoire payer a la fin de l annee un impots a l etats et ses quelques privilegiers…..mare de faire un boulots qui ne me permet meme pas de voire ma fille qui vie a 8000 km.J ai du choisre entre engresser ses cochons ou voire ma fille ,mes entraille mon sang.terminer a mon niveau je coupe le robinet et meme si pour ca je dois passer quelque temps en prison.Mare que certain privilegier detourne des sommes colossal et qu en guise de punition on leurs reclame moins de 10 % de la valeure detournee et que par dessu le marche le chef supreme lui accorde la grace presidentielle.pour toutes ses raison je soutient l idee selon laquelle le monde capitaliste doit vivre ses derrnieres heures.loufer

  44. 46 moltes
    janvier 31, 2009 à 18:02

    vous avez craqué les mecs

  45. mars 8, 2009 à 15:47

    Quand Julien Coupat sera ministre dans son pays

    Je pense aux longueurs des minutes lorsqu’elles s’accumulent péniblement les unes aux autres pour former des heures, et des heures entières où l’on attend le plus patiemment possible l’arrivée d’un nouveau jour qui s’amoncellera aux jours passés, si lentement déjà, dans l’espérance interminable d’un jour prochain où l’on sortira enfin de cellule et l’on pourra rejoindre ses proches, ce dernier jour emprisonné est le plus long.

    Le premier jour est le jour indigne de l’humiliation ultime, comme un singe de pleine jungle il s’agit de montrer son anus aux surveillants de la détention en signe de soumission, cette mesure n’a rien à voir avec la moindre volonté de sécurité puisque le détenu récalcitrant sera tabassé, jeté nu sans soins au cachot, et les conditions de torture psychologique pousseront les autres au suicide ou à la prise de médicaments psychotropes.

    La prison n’est pas un lieu de villégiature pour les enfants de Neuilly, pourquoi celui-ci y est-il donc? A-t-il mal joué aux billes avec l’un des rejetons de la famille régnante et cela devient crime de Lèse-Totalitaire, est-ce parce qu’on le voyait trop souvent avec la fille d’un ami de Dany le rouge de honte, les révolutionnaires de salon se sentent le vent des crises en poupe, ils font rejouer la partie par leurs enfants, pour le bénéfice de qui?

    Cette histoire a-t-elle commencé en 1984? Aux accents Orwéliens d’une rigueur cagoularde, lorsqu’il fut temps de découvrir stupéfaits que les chefs de la Gauche de Gouvernement avaient toujours été les chefs des intérêts du capitalisme libéral anciennement avancé? Ou bien cinquante ans plus tôt lorsque la cagoule historique se conjura et promit que « plus jamais 36, la prochaine fois nous serons les chefs de la Gauche » ?

    En tout cas c’est bien en 1984 que les règles générales qui gèrent les conditions ignobles de ta détention furent peaufinées, ainsi que l’arsenal judiciaire terroriste fut initié. A l’époque, tu était bien jeune Julien, il s’agissait d’enfermer des militants qui sont toujours en prison à ce jour malgré leurs grands et notables services rendus à l’Etat Français (Règlement du contentieux Eurodif et libération d’otages français détenus au Liban).

    La République ne se meurt pas, elle s’est auto-dissoute par suite de déconvenues. La gestion des affaires est déjà entre les mains des capitaines de l’économie mondiale, ils nous ont promis la guerre civile mondiale, nous aurons la guerre civile mondiale, pour rénover les quartiers un bombardement va plus vite en besogne que de trop lentes expulsions locatives suivies de bulldozers-reconstruction, regardez Gaza.

    Mais il y a ce peuple de miséreux, c’est toujours incertain un peuple, imprévisible et non programmable, on ne peut pas en changer constamment comme lors de la grande guerre de 1914, qui ferait le travail? Il faut assidûment tenter de lui trouver des chefs adéquats, et si possible issus d’un autre milieu, d’un milieu naturellement méprisant envers les « esclaves » qu’ils sont, sinon ils seraient Autonomes.

    Wikipédia, l’encyclopédie au service de la réécriture Pro-Situ de et des Histoires nous apprends sur L’EHESS: « C’est à une initiative de la Fondation Rockefeller, désireuse de favoriser dans le cadre de la reconstruction de la France de l’après-guerre des études sociologiques éloignées du marxisme, que l’on doit la création en 1947 de la VIe section de l’École pratique des hautes études(L’EHESS). Dirigée par l’historien Lucien Febvre, alors préféré à Georges Gurvitch, grande figure de la sociologie de l’époque, cette institution allait être un des centres de l’intense réflexion sociologique des années 60, autour de François Furet ou de Fernand Braudel. Fernand Braudel qui succède à Febvre, installe en 1962 les diverses équipes de recherches disséminés dans le quartier latin dans les locaux actuels de la Maison des sciences de l’Homme du boulevard Raspail, grâce notamment à un financement de la Fondation Ford ».

    Gageons que ces grandes fondations n’ont pas dévoyé leur argent pour créer un nid de contestataires patenté, voici pourtant de grands noms ayant par le passé inlassablement tenté d’éclairer le pauvre peuple: Pierre Bourdieu, le déconstructeur du marxisme, Luc Boltanski, Jacques Derrida le déconstructeur total, Pierre Rosanvallon, le déconstructeur de la sécurité sociale, Ignacio Ramonet, le déconstructeur de la critique, Alain Touraine, Cornélius Castoriadis, le déconstructeur du socialisme, maintenant Julien, le déconstructeur de l’Autonomie, etc.

    C’est l’un des objectifs totaux de la bourgeoisie, prendre le contrôle mental de tout ce qui bouge, avant qu’il ne pense même à bouger, bien évidemment la hauteur de leurs vues sur nous, sujets de leurs études, ne nous permet en rien de répondre à leurs courtoises interrogations sur notre devenir, penser avec ou contre eux c’est comme de tenter de manger au banquet de la bourgeoisie, vous n’y serez pas invité deux fois tant il est clair que vous n’aurez jamais les bonnes manières.

    Dans notre bouche, le mot « Autonomie prolétarienne » n’a évidemment pas le même sens que pour eux, puisque c’est de nous-même que nous parlons, et les moyens empruntés pour y parvenir ne seront pas tout à fait les mêmes non plus, c’est une histoire qui nous appartient et que ceux qui dans leurs cercles appartés nous traitent d’esclaves ne sauraient comprendre, pas plus qu’ils ne sauraient imiter nos luttes.

    En dehors de prendre le contrôle de nos vies, il faut également prendre le contrôle des changements nécessaires à l’organisation du capitalisme en crise permanente, et donc faire fonctionner les intellectuels coûteusement formés dans toutes les directions du possible et de l’imaginaire, apprendre à vivre encore plus pauvrement encore en temps de crise, voilà le bon conseil, ceux de Neuilly le découvrent, nous y sommes depuis des années.

    Alors voilà, Monsieur le Juge, vous qui ne vous embarrassez guère des droits humains, encore moins des idéaux de la République que vous pervertissez, que votre maître le Grand Totalitaire en soit d’accord ou non, il vaut mieux relâcher Julien Coupat, il ne sera jamais notre chef, ni notre idéologue, ce qu’il écrit est trop compliqué et bien inutile, libérez le, s’il vous plait, dans dix ans ou plus vous en ferez un très bon ministre.

    Christian Hivert

  46. 48 ASNIER Rose
    octobre 26, 2013 à 13:49

    J’ai l’impression de me retrouver avec des proches quand je lis ce texte. C’est agreable. Tres agreable. Et de plus en plus rare malheureusement…


Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s


%d blogueurs aiment cette page :